Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire des artistes vivants
Person:
Silvestre, Théophile
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-2064592
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-2066705
ARTISTES 
ANTS. 
Il n'est pas a dire pour cela que les premieres toiles de 
M. Decanips soient le plus a dedaigner dans son oeuvre, au con- 
traire : l'on n'y trouve pas ces affectations de praticien par les- 
quelles il a cherche plus tard a nous surprendre et a fausser la 
naivete de nos impressions. Sans doute il sacriliait (leja beaucoup 
au n1etieI' et s'adressait plus a l'oeil qu'a l'esprit du spectateur, 
mais il ne s'evertuait pas, comme il l'a fait depuis, a tirer des 
ficelles. Ses chenils, ses savoyards, ses bücherons et ses barques 
de halage avaient beaucoup de charme et de caracterc. Les 
reproches qu'on pouvait lui faire sur Vabjection de ses sujets 
n'avaient pas de portee; les maitres flamands et hollandais nous 
touchent precisement par Phumilite de leurs personnages : ces 
fumeurs, ces ivrognes, ces chiffonniers et ces mendiants vivront 
eternelleinent dans la memoire des hommes, tandis que les sottes 
compositions executees dans Fidee d'une fausse noblesse et cou- 
ronnees par les Academies serviront un jour de paravents et 
moisiront dans les galetas.  
La jeune ecole, qui exaltait a outrance le caractere et Poriginalite 
des ouvrages de M. Decamps, et ne tarissait pas d'eloges sur son 
ragoüt, sa pate, sa demi-päte, sur la finesse, Feclat, la vibration 
de ses tons, l'esprit, Tenergie et la solidite de sa touche. Ces 
exces d'enthousiasme provoquerent sans doute l'artiste a exagerer 
sa maniere. Les compliments sont des poisons. Des lors la pein- 
ture devint pour lui un fonds inepuisable de tentatives et de tour- 
ments par suite desquels il esperait probablement augmenter son 
prestige et qui ne contribuerent pas peu a irriter son humeur 
irritable, Si dans son enfance il etait a violent, brutal  et s'il 
a bousculait ses freres n, il devait a cette heure battre le singe 
qui lui servait de modele, la pauvre bete! 
En abusant d'une note par laquelle Leonard de Vinci recom- 
mande au peintre de faire quelquefois attention aux formes eton- 
nantes que peuventlui susciter la vue des murailles lezardees ou 
polluees et l'aspect changeant des nuages, M. Decamps se donna
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.