Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
XIXe siècle (en France)
Person:
Grand-Carteret, John
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1908879
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1909961
DIX' 
NEUVIEME 
SIECLE. 
 
de säväritä, consäquence d'une douleur que rien lfavait pu attänuer, 
blessait le public qui aurait voulu 1a voir enjouäe, gaie, souriante; 
qui ne comprenait rie11 ä sa tristesse devant les louanges dithyram- 
biques qui lui (ätaient prodiguäes, sur le ton däclamatoire alors-ä 1a 
mode. 
Apräs 1a famille royale, les princes et princesses du sang, c'est-ä- 
dire les familles d'Orläans et de Condä, 1a premiäre repräsentant 
les idäes nouvelles, rövant une monarchie constitutionnelle ä l'au- 
g1aise, 1a seconde representee par 1e vieux prinee et son fils, 1e 
duo de Bourbon, veterans de 1a cause monarchique, t_ypes accomplis 
d'emigres. E11 juin 1814,1e due d'Or1eans avait repris possession de 
son domaine, 1e Palais-Royal. a Le prince rentre en grace aupres 
de Louis XVIII, n a ecrit M. de Viel-Castel a et amnistie, pour ainsi 
dire, n'en restait pas moins pour les royalistes un objet d'aversi0n 
et de defianee. On savait qu'en renoneant aux exagerations de sa 
jeunesse, i1 lfavait pas abjure toute pensee de liberte, de reforme, 
dhmelioration, et lfetait pas devenu etranger aux idees de son 
temps. La simplicite un peu bourgeoise de ses moeurs, son abord 
familier et facile, qui formaient un si grand contraste avec Peti- 
quette presque orientale de 1a eour des Bourbons, paraissaient a 
beaucoup de gens un appel a 1a laopularite. n Instruit, spirituel, con- 
naissant bien les emigres, s'en moquant a Poccasion, a 1a fois prince 
et revolutionnaire, Louis-Philippe dcvait se contenter de jouir de sa 
Situation et de sa grande fortune, certain, qu'un jour, les evenements 
se chargeraient de lui donner 1a monarchie revee. 
Dbmblee, 1e Salon de 1a duchesse d'Or1eans, 1111e du roi des Deux- 
Siciles, reputee, a Pexemple de 1a duchesse d'Ang0u1eme, pour sa 
vertu et sa piete, fut tres recherehe. Les lignes suivantes emprun- 
tees a Phistorien de 1a famille, M. Trognon, pourront determiner sa 
physionomie : a Les honnnages de 1a Cour vinrent 1a chereher au 
Palais-Royal. I1 11e manqua a cette affluence empressee qu'un petit 
nombre d'anciens emigres, fideles a leur inimitie contre celui dont 
e11e portait le 110m. Avee Pelite des plus anciennes familles du 
royaume, se presenterent a e11e mareehaux, generaux, senateurs
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.