Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
XIXe siècle (en France)
Person:
Grand-Carteret, John
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1908879
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1917128
DIX-NEUSIIEINIE 
SIECLE. 
Malgrä les arröts Inomentanes par faute (Targent, les travaux 
durerent tout PEmPire, augmentant toujours, traganl: cornme par 
enchanbement des quartiers nouveaux oü 1a läelwublique, ä son tour, 
eleverzl des maisons congues dans le mäme style. Partout des trongons : 
151 011 Paris respire ä Faise, comme lä oü Paris etouße. A l'Est, ä 
l'Ouest, au Nord, au Sud, le Systeme du souverain recevait son ap- 
plication complete z ici, los deux rives du canal Saint-Martin trans- 
formees en avenues; lä, 1a rue de Rivoli dont les chantiers immenses 
furent, pendant quelques annees, 1a grande curiosite; ailleurs, la 
rue Turbigo; plus haut, autour de l'Arc de Trionlphe, des ave- 
nues venant rayonner dans toutes les directions. Et sur les deux rives, 
dans les (plartiers populaires et commergailts, comme dans les quar- 
tiers aristocratiques, un vrailuxe de boulevards, boulevards de se- 
bastopoLbde Strasbourg, Saint-Miehel, Saint-Germaiil, Malesherbes, 
Haussmann, Richard-Lenoir, du Prince-Eugene (depuis boulevard 
Voltaire). Vaste transformation qui aura des consequences diverses 
et multiples, qui pesera lourdement sur les ressources financieres de 
la ville, mais qui, quelle que soit 1a fagon dont 011 Penvisage, restera 
Poeuvre la plus gigantesque du siecle autant par son caractere d'indis- 
cutable utilite que par son esthetique nouvelle. 
Apres le bouleversement, Penvahissement. Des ce moment, Paris 
cessa dletre Paris; des ce moment, le vrai peuple parisien commenga 
a etre elaouffe sous plusieurs couches de migrations provinciales et 
etrangeres. Ici, llinvasion des barbares, miserables ou speculateurs, 
tous ceux que devaient attircr los mille seductions, les mille con- 
voitises d'une cite grandiose; 1a, les riches desoeuvres venant preu- 
dre possession des palais construits a leur intention. Mer houleuse 
au milieu de laquelle llEmpire devait sombrer. 
Les ouvriers aflluerent naturellement, les cultivateurs vinrent aussi, 
tous subissant 1e grand mirage parisien, tous aidäs dans leurs dä- 
placements par 1a facilitä des nouveaux moyens de locomotion. Le 
marteau devenait bien fatigant et 1a bäche bien lourde ä manier, 
alors que, dans Paris, on remuait ä 1a pelle 1a terre et Pargent. Et c'est 
ainsi que touto une Population vint fondre sur 1a capitale comme sur
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.