Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
XIXe siècle (en France)
Person:
Grand-Carteret, John
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1908879
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1916527
Aux cötös des journaux tout 91 Pinforxnation, tout au bon marchö, 
so poussant, se pressaut, oncombrant los rues, ßmoutant 51 Passant du 
pouvoir, voici les boutiques, voici 1a röclamc, incarnations du com- 
merce et de l'industrie modernes. 
La boutique, c'est, au eolnmencement du siecle, un reduit obs- 
eur, souvent un amalgwxme des produits 1es plus divers, 1a a heuti- 
que brisee n, pour eluployer un vieux mot frangais; a 1a devanture 
pretegee par des volets acerochös eu haut, assujettis par en bas au 
moyens de clcwettes, velets elassiques que le Passant iuattentif rece- 
vait souvent sur Tepaule, a Pheure de 1a fermeture, et qui dureronl 
jusqu'a ce que les garnitures metalliques mues par un meeanislue 
ingenieux soient venues euirasser les magasins eontre toute attaque 
exterietlre. Rare et peu luxuetlse, 1a boutique tient une lalaee eneore 
restreinte : 011 y entre uniquement pour aeheter; seul le Pa1a1is-Ro_ya1, 
a Paris, donneraTidee, Pimpression tres partieuliere de ce plaisix- 
Inoderne qui eollsiste ä a regarder les boutiques, a admirer les de- 
vantures, a contempler les montres n. 
Sous le premier lthupire, sous 1a Restauration, les boutiques eher- 
ehent a prendre un style particulier; elles se garnissent dbrnements 
exterieurs et, 1e plus souvent, de (leeoratiorls parlantes, des tetes 
(PHermes et des serpeuts pour les pharmaeies, des eornes (Fabon- 
dance pour los epiceries, des pilons pourles droguistes, des Mereures 
ailes pour les entreprises de rou1age. Elles se font elegantes, elles 
prC-tent a 1a fläluerie, e11es eonnneneent a personnifier 10 pouvoir nou- 
veau parvenu au premier rang; 1a bourgeoisie. Longue ehaine, tantüt 
(Etroitement serree, tantöt plus lache, qui eouvre Paris et les gTau- 
des villes de depöts de mireiterie, dbrfevrerie, de meubles, de poree- 
laines, de eristaux, de bronzes, (le lustres et daappareils däßelairage, 
de parfumerie, de chaussures, de Velours, de lingerie et de IIOUVOHII- 
tes. Devantures aux inerustations eu cuivre dore, aux larges glaees 
sans tain, etalag-es aux objets multiples formaut eomme autant de 
fresques eclatautes qui se precipiteut en eascades de fleurs, qui se (lö-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.