Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
XIXe siècle (en France)
Person:
Grand-Carteret, John
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1908879
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1916362
DIX- 
NEUVIEME 
SIECLE. 
 
ou en etoffes de soie plissees en tuyzzux- dbrgzzeÄ Des glaees aux 
proportions immenses : il faut qu'elles depassent cinq ä six pieds de 
haut pour qu'on e11 perle. Des rideaux reposant sur un thyrse ou sur 
un arc, de deux couleurs, l'un toujours blanc, l'autre dans la teinte des 
tentures ou des sieges, releves per des torsades de soie, et acero- 
ches ä une patere. Peu de tableaux. Au plafond un lustre brillant; 
sur la cheminee une pendule, des groupes de marbre, de bronze ou 
dores, des flambeaux eiseles. a On met une grande inlportance n, 
110us dit PAZmanaCh des Zllodes, a ä Pacquisition" dlune pendule 
dont les sujets sont pris dans llhistoire romaiue ou frangaise.  
Ici, Minerve, le serment des Horaces, des guerriers casques; lä, 
un Napoleon Empereur que remplacera bientöt l'image du bon 
Bei. 
La pendule, ce sera tres certainement, ävec Tarmoire ä glace, 1a 
piece oapitale dans le- mobilier du siecle. De 1815 ä 1850 on 1a verra 
successivement apparaitre avec des troubadours, avec des amours, 
avec des nymphes desebois, avec Paul et-Virginie, aveo Perrette et 
son pot au lait. Sous Louisr-Phililape, tous les grands ecrivains, sculp- 
tes par Melingue, un petit Versailles ä l'usage des classes Inoyeu- 
nes, ou tous les personnages de Notre-Danw de Paris dus ä Antonin 
Moine, depuis 1a Esmeralda jusqu'au beau Phebus, ou bie11 les tetes 
couronnees, le Napoleon du comte d'Orsay, le Louis-Philippe de Menes- 
sier (voir 1a gravure de 1a page 416) ou, mieux encore, de veri- 
tables tableauzcvivants avec allegories, anges gardiens romantiques, 
des forets de lances, des tournois, tous les bronzes du c0n1te de Nie- 
Werkerke; pour finir, les chevaux de course et les jockeys, jusqifä ce 
que sujets et garnitures, statuettes et pendules, traduisent une re- 
cherche d'art qui lfexistait pas autrefois. 
En 1815, chambres ä coucher etrusques ou- pompeiennes, aux 
planchers en a mosaiques de bois n, aux murs ornes de rondes de per- 
sonnages antiques  les figures estompees des vases  lit avec or- 
nementations grecques, lampadaire, large chaise longue, eleganlment 
denommee paphos," ornee de chimeres egyptiennes, tabourets en X. 
Tout cela bas, tres bas; le meubles convenant ä 1a  langueur p
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.