Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
XIXe siècle (en France)
Person:
Grand-Carteret, John
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1908879
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1916168
DIX- 
NEUVIEME 
SIECLE. 
 
general. La langue du XIXB siecle, c'est1'assen1b1age, 1a reunion de 
tous 1es parlers, de tous 1es patois, de tous 1es jargons populaires; 
c'est, surtout, 1a ruptxire avec 1es regles du classicisme et 1e retour 
a 1a fantaisie, a 1a variete, a 1a riohesse de Pancien franeais. Plus 
de n10de propre, toutes les modes; plus de style, tous les styles; 
plus de langue, toutes les langues. Pour creer d'e11e-n1en1e, notre 
epoque est bien trop savante, e11e prefere mettre a proüt Pheritage 
du passe. Voila, ce me semble, 1e veritable a volapilck 1) reve, e11 
ces dernieres annees, par des esprits emancipes. 
Jadis, 1a Poesie etait impersonnelle; 011 faisait, en vers, des des- 
criptions, des reeits, des deolarations; 011 rimait gaiement : avec 10 
siecle, est venue Pecole du 1110i, tres caraeteristique, parce que ioutes 
ces plaintes, toutes ces aspirations, toutes ces angoisses publique- 
ment exprimees s011t 1a preuve de 1a 11011 satisfaction des desirs n10- 
dernes ou plutöt de 1a Situation douloureuse faite a Pideal, aux reves 
vers 11infini par Pesprit brutalement pratique du n10nde contempo- 
rain. Seulement, entre le ((11101 n de Chateaubriand, de Lamartine, de 
Victor Hugo, d'Alfred de Musset, et le a moi n des jeunes decadents 
de 1892, ily atoute 1a differenee qui separe Palme aux aspirations ge- 
nereuses de 1a contemplation boudhique de sa petite personne. Ici, 
c'est reellement la recherehe de l'eau-dem fatidiqxle; lä, c'est le be- 
soin de se faire remarquer, le fait d'esprits etroits qui se refusent ä 
Inarcher et qui croient se rendre interessants en offratnt au public 
des travaux de marqtleterie, ou des easse-tete chinois. 
Jadis, 1a prose etait le moyen, le vehicule dont se servaient les 
penseurs pour exprimer, pour communiquer ä 1a foule leurs senti- 
ments, leurs idees, ce qui ne les empeehait pas, eomme Chateau- 
briand, si idolätre par ses eontemporains , sacre par Ballanehe a roi 
de Pintelligeuce, n d'ecrire quelquefois en un style magique, mais 
1a pensee restait toujours maitresse, alle ne se laissait pas detour- 
ner par je ne sais quel amour de 1a forme menant ä 1a viduite. 
zXujourd7hui, la prose est un art qu'on eultive avee jalousie : il n'y a 
plus de penseurs, il y a des seulpteurs, des tailleurs, des eiseletlrs 
en phrases, des  arrangeurs n, des  metteurs en seene n de tableatlx
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.