Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
XIXe siècle (en France)
Person:
Grand-Carteret, John
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1908879
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1915365
DIX- 
NEUVIEME 
SIECLE. 
 
ses petils-Iils, dont 10 sens g'ast.r011on1iqu0 ne 111arqu01"a point dans 
llhistoire. Le prince Jeröme-Naxpoleon, lui, a laisse une röputation 
d0 niangeur aimant la table et ses causeries animees. Tout 00 quv 
1'011 sait de Napoleon III, c'est (11131 faisait nioutro dkzxquise euisino 
et qu'il "fut un des premiers a populariser Pliabitude, aujourddlui ge- 
nörale, des menus ornes de dessins speciauix (1111, a 1a table de 
Louis-Pliilippe, ifetaiont encore que les classiques encadronients du 
papetier Susse. Quant a 1a Republiquo, 0110 ifeiiilwäcliorzl point les 
Presidents d'avoir des cuisines bien montäc-s et ccrtains Iiommes 
(P1111813 de so faire, soit personnelloment, soit par Pentreniise de leur 
CUISIIIICF, uno reputation de gourmandise. 
A cote des salons eölebres, 10 XIXe siecle a ou ses salles a manger 
classiques. Tout au IHOIHS 00110 du 1D" Veron, d'abord reservee aux 
grands jours puis, apres 18118, ouverte quotidionnement a 11110 ou deux 
(louzaines de convives  011 ne pouvait jamais ötre treize  auxquols 
Faxnphitryon 110 posait comme condition absolue que 1a bonne hu- 
meur, Pesprit s'il so presentait. Une des particularites de ces dinors 
c'est que a chacun so levait de table quand i1 voulait D. Llamphitryon 
qui passait toutes ses soirees au spectacle, partait presquo toujours 
I0 laremior; ceux qui desiraient prolonger 1a conversation restaient 
ä table ou passaient au salon; quelques-uils ne se levaient ordinaire- 
ment quo les derniers, et l'on disait plaiszlmment que cc dätait pour 
ne pas ötre ouverts apres leur dväpart n. Pour les grands diners offi- 
eiels, SOUIS, 10 D" Veron derogeait a cette liabitude. (1 C0 jour-la, n dil: 
10 biographe de. sa table, a il reeevait les personnelges les plus im- 
portants de TEtat; cfetait une loetito satisfaction dlamour-propre 
qu'il aimait a se donner, et eomme ces diners etaient fort bien por- 
tes, il 110 rencontrait que Ie plus gracieux empressement a les aeoop- 
ter. 11 etait tellement sur de son succes, a cet endroit, qu'un jour il 
se passa la fantaisio de faire dinor ehez lui Bacliel avec 10 comto 
M010 et I0 general Changarnier; 1a grande tragedienne {lt des frais et 
10 diner fut charmant. n Brillantes reunions gastronomiques qui, 
contrairelnent a la traditiou liabituelle, Iirent 1a gloire d'une cuisi- 
niere, 10 cordon bleu Sophie, et qui, transportöes par 1a suite, dans
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.