Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
XIXe siècle (en France)
Person:
Grand-Carteret, John
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1908879
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1914399
LES 
THEATRES 
 
Mämes symptömes dans les couches populaires. Lä aussi, 1a mu- 
si ue räcrne en souveraine. Ce ne sont ue fanfares sociätäs or häo- 
ö 7 
ni ues associations concertantes: tous les colläves et tous les äta- 
q 1 o 
blissements qui occupent ouvriers ou commis, ont instituä pour ceux 
qu'ils emploient ou dont ils font Päducation, des orchestres et des 
harmonies. 
La creation-type, c'est [Orplzebnpuissamment soutenu par Beran- 
ger, qui devait designer au baren de Gerandqson premier directeur, 
W7ill1en1 homme devoueetconvaincu silenfuthmais l'Or lzebncons- 
a 1 v P 
titue reellement en 1835 par Padoption definitive du ehant dans toutes 
les ecoles communales, Z'Or Jhebn ui en ra rochant toutes les 
7 
classes, en enregimentant sous 1a meme banniere ouvriers et patrons, 
paysans et citadins, est devenu, pour 1a Franee moderne, le plus 
puissant elernent de civilisation et de democratisation. 
E1: 1a musi ue n,a as seulement enetre artout elle avu ses tem- 
7 
ples shgrandir en raison meme de Pimportance qu'elle prenait. Les 
masses chorales sont revenues en honneur; ä leur tour, les societes 
Ü 
populalres se sont trouväes en possesslon de locaux mconnus sous 
les gänärations präcädentes. En 1849, 1a petite scäne intime du C011- 
servatoire, sorte de thäätre de famille : en 1878, Pimmense nef du 
Trocadöro, ä Pacoustique peu propice, mais qui, par ses propor- 
tions peu habituelles, paf ses immenses loges däcöuvertes, par ses 
6000 places, offre bien, lä encore, l'image du siöcle toujours ä. 1a 
recherche du colossal. 
A son tour, 1a musique s'est democratisee : apres les concerts des 
privilegies, lesconcerts aux tendances populaires. Apres les s0i- 
rees, puremeut esthetiques, les fetes de societes sladressant ä des 
publics plus melanges, oflrant ainsi ä 1a petite bourgeoisie du ne- 
goce et möme aux classes ouvrieres des recreations intellectuelles 
qu'elles eussent vainement cherche autrefois. Qu'une oeuvre de cha- 
rite sfimpose, qu'une celebrite etrangere veuille se produire devant 
la foule, et le Trocadero est läl 
Thäätres, salles de concerts, ce siecle est sature de chant et d'har- 
monie. E11 11840, Castil-Blaze fixait ä 2000 le nombre des jeunes
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.