Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
XIXe siècle (en France)
Person:
Grand-Carteret, John
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1908879
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1913866
DIX- 
NEUVIEINIE 
SIECLE. 
 
mopolite et hätärogäne, indäiinissable, mettons trois Cents individus 
pour ne blesser personne, disait Alexandre Dumas en 1867,  
suivi, dis-je, cornme Pouverture d'une Exposition ou d'une fäte 
quelconque; c'est a 1a Premiäre x. Lä se coudoient gens de lettres 
et financiers, actrices et femmes du moncle, hommes graves et 
viveurs, fonctionnaires et grands seigneurs, couturicrs et bot- 
tiers, tripoteurs et savants, artistes et ätrangers. Peu dont c'est 
le mätier; beaucoup a aün de se faire voir n et dans Pespärance 
faire 
ainsi 
connaitre. 
Les theätres aneiens lfavaient guere que le foyer interieur; 1es 
theatres modernes ont le foyer des acteurs et le foyer du publie. 
Jadis, dans 1es laremieres annees du siecle, ce fut, a 1a Comedie-Fran- 
eaise, un lieu imposant, un salon brillant, ou 1es Lauraguais, les 
Choiseul-Stainville, 1es Segur, 1es Ximenez, comme autrefois meles 
aux gens de lettres, venaient se livrer a dhimables oauseries avec 
1es representants de la maison de Moliere. A llOpera, le foyer de 1a 
danse n'etait pas moi11s etineelant. Sous la Restauration, ces endroits 
celebres devinrent silencieux, le vicomte de La Rochefoucauld ayant 
oru devoir, toujours pour sauvegarder lamora1e,interdire Tentree des 
coulisses, meine aux abonnes les plus influents. 
Lemouvement, 1a vie des foyers reprirent sous le second Empire, 
mais ce qui s'est vu depuis ne peut etre considere que oomme une 
reproduction bien affaiblie des elegances d'autrefois. Entre les cou- 
lisses de Gavarni et le foyer pompeux ou tronaient Talrna, Saint-Prix, 
Fleury, Monvel, MM Raucourt, Contat, Duchesnois et lajeune M1" Mars, 
il y a un monde, toute la difference qui separe une societe bourgeoise 
d'une societe eminemment decorative. Machinistes et gargons de 
Service, huissiers a chaine eux-memes, ne pourraient guere donner 
Pimpression du suisse en grand costume qui se tenait dans les cou- 
lisses des theatres, imperiaux ou royaux. 
Enfin, autrefois, l'on songeait uniquement a jouir du spectaele 
de 1a scene; si l'on se voyait dans les loges, si l'on se rencontrait 
dans les couloirs, il fallut 1a Revolution et surtout l'al1ure particu- 
liere prise par le foyer Montansier, pour donner a ces a prome-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.