Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
XIXe siècle (en France)
Person:
Grand-Carteret, John
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1908879
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1912962
JNEUVIEME 
SIECLE. 
Ici, le luxe des mouchoirs, enrichis de dentelles et de broderies, de- 
puis qu'ils se tenaient a 1a main; 1a, la multiplicite des ombrelles, 
tantöt droites, tantöt a manche brise, se couvrant de Chantilly, de 
point dlälencon, de guipure, ou bie11 brodees au passe, les unes 
commc les autres se distinguant par Petrangete des manches. Lui aussi, 
le manchen, s'etait popularise; mais peu a peu, 1a grande maison 
fourree de 1848 s'etait transformee e11 un petit reduit. Ici, le succes 
toujours Croissant de la voilette, remplagant les immenses voiles 
(Pautrefois; tantöt claire comme une toile (Paraignee, tantöt epaisse 
comme une resille espagnole, apportant a 1a physionomie le c11ar1ne 
des demi-teintes; 1a, leventail, jadis reduit aux seules soirees, qui, 
sous Pinlluence de Tlmperatrice, se repandit a 1a ville. 
Coiflures et chapeaux devinrent un monde d'une variete infinie, 
d'une fantaisie sans cesse renouvelee. Ce qu'il faut retenir, c'est l'am- 
pleur (lesordonnee des chignons aux immenses peignes voyants; ce 
qu'il faut signaler, c'est la reapparition des faux cheveux et 1a vogue 
des cheveux blonds atteignant au vif, mettant a 1a mode 1e rouge 
carotte. Ce qu'il faut noter, c'est 1a coiffure a a 1a chien o) donnant, 
en effet, aux elegantes, Tapparence d'un toutou frise, puis les 
coiffures exhaussees devant amener la coiffure byzantine, avec son 
diademe, avee ses bandelettes chargees de bijouterie de elinquant, 
(Fapres les modeles du Musee Campana. 
Cantatrices et grandes dames, feeries ou operas, defrayaient 
egalement le genie inventif des artistes capillaires. C'est ainsi que 
le dernier opera de Meyerbeer popularisa la coiffure a a lÄÄfricaine n, 
diademe, oiseau en aigrette et cheveux rejetes en arriere. 
Fermes, ornes d'un bavolet a ampleur demesuree, les chapeaux 
de 1a premiere periode eontinuerent les modes anterieilres : avant 
1860, ils elargissaient 1a tete, apres 1860, ils Pallongerent; tantöt 1a 
passe serrait de pres le Visage, tantöt e11e se relevait considerable- 
ment sur le front. Et, ceci est a remarquer, ils furent, tout le temps, 
en raison inverse de 1a coiffure. Plus 1e ehignon etait petit, plus les 
chapeaux devenaient gigantesqtles; plus 1e chignon prenail; de l'am- 
pleur, plus les chapeaux se faisaient microscopiques. 1860 vit appa-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.