Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
XIXe siècle (en France)
Person:
Grand-Carteret, John
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1908879
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1909482
DlX-NEUVIEME 
SIECLE. 
 
En fait, ce grand mouvelnent intellectuel, dont les debat-s ardents 
et 1es polemiques violentes, ont laisse dans le pays des echos sonores, 
a touche a 1a plupart des questions actuelles. Extension des garan- 
ties individuelles et du droit de suffrage, ponderation des pouvoirs, 
developpement de Pinstruction publiqtle, abolition de la censure, 
liberte de conscience, contröle effectif du pays sur ses propres 
affaires, perfeetionnement progressif des institutions et des lois; tous 
ces voetlx, que, de vingt ans en vingt ans, reprendront les partis, ont 
ete formules par lui pour 1a prerniere fois. 
Une chose surtoilt, depuis, s'est m0di1iee,je veux dire elargie, le 
droit electoral ; au suffrage restreint de la Restauration et de 1a monar- 
chie de Juillet a suecede, en 1848, le suffrage universel dont 011 com- 
mence a ressentir les ineonvenients, dont le XX" siecle, tres certai- 
nement, corrigera les exees. Quoi qu'il en soit, c'est ce mode de vote 
qui a developpe 1a politique, -jadis, une science, aujourd'hui une 
carriere ;  c'est lui quia fait des elections 1a grande affaire, 1a prinei- 
pale preoeetlpation de notre temps; c'est lui qui a livre auxinterets, 
aux passions, aux eaprices du moment les destinees du pays; c'est 
lui qui a reellement etabli la dernocratie, en remplaeant les classes 
privilegiees, par le nombre. 
Apres 1a liberte, 1a gloire, d'abord purelnent militaire. 11 a fallu un 
eertain temps pour que le peuple comprit 1a gloire paeifique, et l'on 
ne peut pas dire que celle-ci seit, de nos jours, 1a seule admise. La 
faute en est, du reste, aux evenements de 1815 puis de 1871 qui ont 
laisse dans les coeurs des reves de conquete, et des desirs de revanche. 
Alors meme qu'elle jouit des bienfaits de 1a paix, la France subit par 
instants les rnirages du flamboiernent des epees. Longtemps, elle en 
voulut au Bei Paeifique, a celui qu'on a surnomme le a Napoleon de 
1a Charte et de la Paix n de 11e pas avoir jete le defi a l'Europe, de 
n'av0ir pas dechire, a eoups de canon, les traites de Vienne. C'est 
meme pour calmer dans une eertaine mesure ces fantaisies belli- 
queuses que le gouvernement de Louis-Philippe se langa dans les 
campagnes d'A1gerie. Et c'est egalement pour (c nationaliser n la 
gleire napoleonienne, que (Faueuns consideraient encore eomme un
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.