Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
XIXe siècle (en France)
Person:
Grand-Carteret, John
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1908879
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1910969
DIX. 
NEUVIEME 
SIECLE. 
 
prend Pattitude de 1a commune bourgeoise devant le seigneur : 
comme elle, il se syndique pour 1a defense de ses droits et, au 
besoin, pour 1a resistance. 
Aujourdhui entierement disparu, le compagnonnage a fait grand 
bruit durant 1a premiere periode du siecle, reforme, du reste, aux 
approches de 1840, par un travailleur a Pesprit ingenieux, le citoyen 
Agricol Perdiguier. Bientöt les enfkznts de Salonwrz, les enfazzts 
de maitre Jacques, les enfants du päre Soubise  ainsi appeles 
(Papres les noms des pretendus fondateurs  auront disparu du 
Souvenir des generations presentes; bientöt 011 ne saura plus que 
les tailleurs de pierre etaient des loupsu, les eharpentiers des 
renards de liberte", les menuisiers et les serruriers des gcwots; 
chaque societe ayant ses classes, ses afiilies, ses aspirants, ses reglo- 
ments particuliers, 1a plupart,  jusqu'au m0n1en1;_ de 1a reforme 
Perdiguier  vivant e11 etat constant de rivalite et se livrant sou- 
vent des combats sanglants pour 1a possession du travail, dans une 
localite, a m0i11s que, plus pacifiques, elles ne se fussent au lurea- 
lable entendues pour 1a confection d'un clzef-dkvuvre, 1e vainqueur 
CXPU1SEIH1I alors de droit ses concurrents. 
Avec 
idcäes 
solidariteä , 
EIVGC 
coutumes 
revätues 
(Pulle 
certaine allure mystique, avec sa c( maison u) oü 1a societe lege, mange, 
tient ses assemblecs, avec sa a mere n, avec son Systeme (Pembau- 
chage, avec son topage,  fagon dont les compagnons se frappaient 
la rnain en eigne de reconnaissance,  le compagnonnage apparait 
au XIXC siecle comme une sorte de chevalerie ouvriere. Qlfils soielmt 
en cortege autour du chef-dbeuvre, ou qu'ils accomplissent, sac au 
des, leur tour de France, tous ces a laays a) ont des rubans au cha- 
peau, sur Pepaule, au cou ou ä 1a boutonniere; tous portent des 
Cannes, courtes 0u longues, qui, aux jours de ceremonies, se pareront 
egalement de fanfreluches; tous se suspendent en boucles dbreilles, 
ces multiples attributs, Pequerre et le compas, le fer ä cheval, le 
martelet ou 1a raclette. Et c'est ainsi quails se font 1a conduite, qu'ils 
celebrent leur fete patronale, qlfils accompagnent les morts ä leur 
derniero demeure.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.