Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
XIXe siècle (en France)
Person:
Grand-Carteret, John
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1908879
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1910907
VNEUVIEINIE 
SIEC 
 
chefoucauld et M. Royer-Collard. 11 n'y a plus dlensemble, plus de 
ligne de conduite, mais des partis qui, suceessivement, niontent et 
descendent. Seul un danger commun, un peril imminent, peut,  011 
1'a vu ä plusieurs Peprises,  ramener quelque cohesion dans ce corps 
profondement divise. 
Quoi qu'il en soit, en 1.890 comme e11 1830, ce qui caracterisera 
toujours les classes moyennes, c'est 1a poursuite des interets indus- 
triels et des interets agricolcs; c'est 1a predominance de Pesprit 
mercantile, pratique et xitilitaire, qui a eu comme consequence un 
developpement exagere de llorganisation administrative. 
E11 un mot, 1a bourgeoisie frangaise a cherche ä constituer un pays 
legal ayant au-dessous de lui un proletariat non admis ä 1a vie po- 
litique. Elle a sans cesse redoute Pesprit deniocratiqile des grandes 
villes; elle ne s'est occupee qifä son corps (lefendant du sort des 
classes ouvrieres. Pour etablir le suffrage Lll11V8PS81, pour reveillei" le 
mouvement social, pour reconnaitre aux ouvriers le droit- de se 00a- 
liser en vue de Paugmentation des salaires, le droit de fkzife gräoe, 
suivantllexpression consaeree, en un m01; pour entrer dans 1a Periode 
reellement deniocratique, il a fallu PEmpire. 
Depuis, le flot montant toujours, Pinvasion des masses populaires 
amodiiie les moeurs (Pautrefois, banni 1a tolerance et Turbanite. Entre 
Patrone et ouvriers, entre Inaitres et serviteurs, entre jeunes gens et 
vieillards, 1a nature des anciens rapports s'est profonclelnent alteröe, 
et voici, bientöt triomphant, le quatrieme öiat. 
Assurement, 1a question sociale n'a point pris Ilaissance en notre 
siecle; assurement, des institutions de prevoyanee ont existe ante- 
rieurernent; avant de songex" ä donner des droits au travailleur 011 
s7esl; occupe de lui assurer, de lui faciliter Pepargne. D'0ü 1a fonda- 
tion des 1818, de 1a Cazksc dbpargne qui, 51 son origine, valut 51 
ses fondateurs, ces philanthropes enlerites qu'on appelle de La R0- 
chefoucauld-Liancourl: et Benjamin Delessert, les sarcasmes, les 
invectives des Salons. a Eh quoi! n leur disait-on, (c vous trouvez 
que nos domestiques, nos employäs ne nous volent 
voulez les encourager par Pappät de cette prime? u) 
pas assez? Vous 
Le tem s ense 
ß P
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.