Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
XIXe siècle (en France)
Person:
Grand-Carteret, John
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1908879
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1910467
DIX! 
NEUVIEME 
SIECLE. 
 
dait. Elle se retourne et dit assez haut pour ätre 
puis quand le Boi regoit-il ces gens-lä? a) 
a Ces blessures-lä öloignärent de 1a monarchie 
pouvaient le mieux 1a conseiller et 1a sauver. 
entendue 
les 
hommes 
(1111 
a Sous l'Empire de telles fautes nkätaient pas a craindre et elles 
ne se conlmirent pas. O11 conviait aux receptions de Compiegne les 
situations acquises et les situations conquises; on y honorait le 
passe, on y honorait le präsent. C'est en songeant a elles, qu'un 
honime d'esprit disait : (z Le rnot de parvenu nla plus le meme sens 
qifautrefois; on ne peut le donner maintenant qu'a ceux qui ne 
sont pas au niveau de leur position n.   
N'aya11t ni les preventions de 1a Restauration, ni les prejuges 
mesquins de la monarchie de 1830, la Cour du second Empire essaya 
donc (Petre la a Cour nationale n sans, pour cela, se mettre au niveau 
des classes moyennes, comme llavait fait trop facilement la dynastie 
preeedente, demaildaut, au contraire, a ceux qu'elle recevait, de bien 
vouloir s'elever jusqlfa elle, contribuant ainsi a maintenir les tradi- 
tions d'elegance, de bonnes manieres, de Politesse raffinee qui avaient 
(listingue jusqifalors la societe frangaise. 
Comme les Cours anterieures, elle eut ses salons-annexes et son 
Palais-Royal. Tandis que le prince Napoleon, esprit essentiellement 
ouvert aux idees modernes, personnifiait llopposition aux Tuileries, 
et surtout a la politique autoritaire, la princesse Mathilde, jadis, 
avant le mariage du souverain, veritable cercle Imperial, deve- 
nait le centre reel du mouvement artistique et litteraire, et jetait, en 
prenant pour elle le röle de Mecene, un eclat special sur le regne 
nouveau. 
Le tout Paris intellectuel passa par ce Salon dont les convives 
präfäräs furent le comte de Nieuwerlaerke, 1e digne Surintendant des 
Beaux-Arts de cette monarchie, Giraud qui apprenait 1a peinture ä 
1a maitresse du logis, Flaubert, Thäophile Gautier, Paul de Musset, 
Sainte-Beuve, 1e commensal assichl, qui nous a laissä de Phötesse un 
portrait achevä. Du reste, sous Pincomparable rayonnement de sa 
beautä romaine, femme (Pälite, artiste dans Palme, maniant 1a plume
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.