Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
XIXe siècle (en France)
Person:
Grand-Carteret, John
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1908879
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1910447
DIX- 
NEUVIEINIE 
SIECLE. 
Sainte-Beuve, Merimee, Arsene Houssaye et 1es autres en ont vu, sur 
ce chapitre, de cruelles. n Mais 1a grande attraction (fetait 1e theätre; 
1a jouereilt 1es comediens de Leurs Majestes, 1a se produisirent 
de nombreux di1ettanti(1e regisseur attitre de ces spectacles etait 
Tarchitecte  fut representee 1a Corde sensible 
plaisailterie pleine d,esprit sur 1es manies des PF1IIC1PIIUX spectateurs, 
sans oublier 1e souverain alors tout aux fouilles archeologiqiles; 
1a furent applaudis 1es Portraits de la marquzlce d'Octave Feuillet, 
le favori entre tous; 1a furent donnees plusieurs laieces de 1a com- 
position du due de Morny et 1a celebre revue du nlarquis de Bilassa, 
Los Commenmires de Ceisar, allusion ä 1a Via de Ceisar que venait 
de publier FEmpereur. Ce fut e11 quelque sorte 1e triolnphe de 1a 
France imperiale que 1,011 vit apparaitre sous 1es traits de 1a belle 
comtesse de Pourtales, escortee d'un i11va1ide du premier Empire, 
1e general Mellinet, et d'un fantassin contemporain, 1e marquis de 
Gallifet, alors lieutenallt-colonel de hussards. E11 1867, ces meines 
Commentaires de Ceknr devaient etre joues aParis, devant un par- 
terre de Rois. 
Telle fut cette Cour, singulier melange de grandeur et de moder- 
nisme, qui sbuvrait facilement aux bruits, aux eaucans du monde, 
tout en eherchant a faire revivre les Souvenirs luoetiques des Valois; 
daus laquelle les chambellans, les officiers du Palais, les familiers 
a se mettaient positivement 1a cervelle a Tenvers pour amuser 1a 
souveraine, pour lui  soir, une surprise uouvelle n, 
oü 1,011 passait, sans plus de transition, des jeux innoeents em- 
pruntes a 1a Restauration aux jeux en action de Pantiquite. Tantöl; 
froide,  d'une correction aristocratique; tautöt depouil- 
laut sa nlajeste, laissant tout dire et voulant tout eutendre. E11 
somme, ayant vecu pour le plaisir, nullement intolerante, accueil- 
lant quiconque venait ä elle, faisant une cour discrete aux royalistes 
et aux parlementaires, recherchant meme volontiers ses privilegies 
parmi ceux dont les familles etaient ouvertement hostiles a Fetat de 
choses existant. 
Comparant 
entre 
elles 
les 
Cours 
ouvertes 
les 
Cours 
fermäes,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.