Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
XIXe siècle (en France)
Person:
Grand-Carteret, John
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1908879
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1910436
LES 
COURS, 
LES 
SOUVERAINS, 
LES 
CHEFS 
D'I51TAT. 
 
de clzic et de distinction. Les plus jolies fennnes et les plus fringants 
cavaliers de 1a soeiete imperialiste se disputaient cet honneur. n A 
ces lundis les cavaliers venaient en habit, culotte courte et bas de 
soie noirs ou pantalon 001121111; fixe a la cheville. Quant aux cotillons 
conduits par le marquis de Caux qui eut llinsigne honneur de lfetre 
jamais remplace, ils firent epoque dans l'histoire de la danse, comme 
1a comtesse Castiglione apparaissant a certain bal, costumee e11 R0- 
maine de 1a decadence. Du reste, ce bal devait marquer d'une fagon 
profonde dans les annales mondaines des Tuileries, ear c'est lui qui 
vit exeeuter le fameux quadrille des Abeilles organise par 1a comtesse 
Stephanie Taseher de La Pagerie, Cousine de llEmpereur, et llune 
des personnes les plus aimables, les plus spirituelles de 1a Cour. 
a Les abeilles firent leur entree dans quatre ruehes d'or portees par 
des figurants de llOper-a, deguises en jardiniers... A un Signal con- 
venu, elles sortirent etincelantes de leurs cloches dorees et se mirent 
danser 
ballet. 
Chaque annee TEmpereur et Tlmperatriee sfinstallaient avec leur 
maison ä Saint-Cloud, puis ä Colnpiegne, quelquefois apres un sejour 
intemnediaire ä Fontainebleau. Compiegne etait la plus recherchee, 
la plus en renom de ces villegiatures. Lä, e11 effet, 11011 seulement 
l'on chassait tous les cinq jours dans 1a foret, les hommes en culottes 
(le peau blanche avec les grandes bottes, les femmes en longue veste 
Louis XV avec jupe, tous coiffes du coquet lampion, mais des series 
dlinvites se succedaht sans interruption chaque semaine,  gfälllds 
(lignitaires, ambassadeurs, personnages ofiiciels, celebrites du jour 
dans les arts, la litterature ou la science  donnaient un mouvement, 
une variätä et, en mäune temps, une libertä (Pallures qu'on ne ren- 
contrait pas dans les autres räsidences. Apräs 1a promenade l'on se 
rendait au tluä de Fllnpcfratrice. 
Les soiräes a 011 temps de säries n "se passaient gänäralement ä cau- 
ser et ä danser; (luelquefois 011 jouait aux petits jeuX. aux chamdes1 
distractions a qui amusaient änormäment Tlmpäratrice et don't, ellf: s,e 
servait pour rnettre malicieusement sur 1a sellette tefls ou fels des Piste- 
rateurs professionnels dela särie, 51 quoi elle excellalt. Octave Feulllet,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.