Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de la caricature moderne
Person:
Champfleury
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1417599
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1418131
HISTOIRE 
(fomparait complaisamment a Goldsrnith. Paris y 
gagna un rude peintre de moeurs. 
Et clest ici que commence la melancolique com- 
plainte du pere de Daumier. 
Sans instruction, lisant tout livre qui lui tombait 
sous la main, le vitrier, nourri de Jean-Jacques, des 
traductions de Delille, des tragedies de Racine et 
des oeuvres de Condillac, devait donner au public le 
fruit de ce singulier melange de lectures, qui abou- 
tirent il un poüine chainpetre, ä des odes, il une tra- 
gediel. 
Rien que Fepigraplie en tete du volume donne le 
ton de la chanson : 
Heureux si, plus docile E1 mon humble fortune, 
Je n'avais parcouru que la roule coxmnune 
Oü disparurent mes aieux. 
A Blarscille, Jean-Baptiste Daumier, intltlence par 
un ciel pur, aime de ses concitoyens, ignorant les 
difficultes de la vie, avait trouve dans la peinture 
d'une Matinde de printemps quelques vers descrip- 
tifs heureux : 
Les matins du printemps sont chers il la nature  
C'est au lever du jour que plus vive et plus pure 
Lu szäve de la tige inonde les canaux, 
Et d'un jeune feuillage enrichit les rameaux. 
1 Les Veilldes podliques, par 
Üoullund, 1825, v! vol. in-12. 
Daumier 
gdc Marseille); Paris.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.