Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de la caricature moderne
Person:
Champfleury
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1417599
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1420911
292 
ISTOI 
Lkäcrixfaimqui nappoifte l'anecdote', trouve du 
charme, de la laoesie dans chaque coup de pinceau. 
Colle" fantaisie est petit-Givre de celles dont un poüte 
pourrait tirer parti ; mais leprayon est incapable de 
rendre de telles sensations, et ne voit-on pas par 
quel symbole grossieremenl materiel cette idee 
se trouve tout. ä (zoup transformee plastiquement! 
Grandville a liavouait lui-müme, dit M. Clogenson, 
51 force do considerer les choses dans une abstrac- 
tion, il en etait venu a niavoir plus, a de certaines 
heures, la jusle perception des objets, il ne les 
voyait plus sous leur apparence reellc. n Aussi 
Grandville fut-il oblige d'avoir recours a un art 
etranger pour l'explication de ses dessins. Deux com- 
positions quiil publia dans le Magasin pittoresque, 
peu avant sa mort, demandent chacun cent lignes de 
texte. Encore, quand on etudie ces legendes, suit- 
on penihlement le til des idees. Grime et ewpiation, 
sujet funebre comme un cauchemar, indique un es- 
prit malade. Fontaine de sang, croix, glaive, grands 
yeux qui tombent dans la mer pour se transformer 
en poissons, tel est liaspect sinistre de cette chose, 
qui peut etre comparee a des croquis düiliene. 
On sent le besoin de reporter ses yeux sur quel- 
que fragment antique, pour oublier ces funebres 
Grandville, 
P3P S_ 
Clogenson. 
Alen gon, 
1355,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.