Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de la caricature moderne
Person:
Champfleury
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1417599
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1418776
78 
IIISTÜIH 
(car Goethe a un profond sentiment des arts du 
dessin) et. qutil lui dise :  
 Le crayon de l'artiste que vous admirez est 
lenehaine par vos lois. Il souffre de ne pouvoir pro- 
duire. 11 n"a plus la jouissance dtironie dont l'a 
floue la nature. ll est ainsi; il est ne ironique. 
Jouit-il de sa liberte et ne manque-t-il pas a d'au- 
tres natures ironiques qui attenclziient chaque jour 
ses flessins et chaque jour se rejouisszxient de voir 
ajouter une feuille il tant (Fatitres? Ainsi, par vos 
lois restrictives, non-seulement vous genez la li- 
herte d'un grand artiste, mais encore vous genez la- 
liherte de ceux dont il etait l'expression. 
Goethe FÜPOHdPH sans doute que la societe n'a pas 
oie eonsl.itui're pour le lion plaisir (les caricaturistes. 
 Mais, dirais-je, la societe n'est faite non plus 
ni pour la philosophie, ni pour la science, ni pour 
les lettres, ni pour les arts. 
Goethe admeltra-t-il qu'on supprime la poesie? 
Ainsi que beaucoup d'autres, Goethe a dit: que celte 
libcrte invoquee de tant (le cfitt-s el par des natures 
si (livcrses, est une abstraction; quain mot si vague 
est gonfle cliemeulcs, de barricades, (Pinsurrcctions. 
de rtwvolutions, et. qu'une censure  iuieessaire 
pour prott-ger, eonlre (les zitlziquers passionnees, le 
gouvernement, les institutions, les hommes au pou- 
voir et les citoyens.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.