Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de la caricature antique
Person:
Champfleury
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1413602
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1414931
70 
HISTOIRE 
leetion des pierres antiques de Florencet; peut- 
etre la fresque satirique de la fuite d'Enee fut-elle 
dirigea contre les graveurs en pierres tines de l'an- 
tiquile? _ 
On voit au Musee de Medicis, a Florence, deux 
pierres gravees, sardoine et onyx qui, a quelques 
variantes sans importance, ont ete inspirees ou 
copiees sur un meme modele. Ces pierres font 
comprendre la fresque-caricature de Pompei. Mou- 
vement, costume, allure des personnages sont iden- 
tiques (comparer, pag. 66-67, fonyx grave et la 
peinture comique). Seulement Partiste satirique a 
pose des tetes dianimaux la ou le graveur avait 
place des tetes d'hommes.  
J'estime, a la vue des deux pierres gravi-es 
presque sans variantes, que le sujet de la fuite 
d'En(ee et diAnehise etant tries-populaire a Home, 
les peintres et les sculpteurs le representerent 
sous toutes les formes, sans modifications impor- 
tantes, et que cette tradition, indetiniment repelee 
sur marbre, sur pierres preeieuses, irrita un artiste 
taquin qui, pour en finir avec ce sujet acadämiqzte, 
le transforma en grotesque. 
Dans le dessin suivant, Panofka voit, a sans (tugtm. 
doute, u la Iigure satirique d'un philosophe ou d'un 
fabuliste, representtix parun pygmee a barbe de bouc, 
' Gemme autiche 
de Florence, 
XXX.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.