Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de la caricature antique
Person:
Champfleury
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1413602
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1414652
42 
HISTOIRE 
Pinfäme Pauson, dont Aristote recommande de voi- 
1er les oeuvres devant les regards des jeunes gens. 
Et cependant qui sait si Pauson n'est pas calomnie? 
Les injures diAristoplianei, on sait ce qu'elles va- 
lent. Il faut prendre garde a ces grands railleurs 
de Phumanite, et ne pas toujours les croire au pied' 
de la lettre; leur amour-propre est d'une sensibi- 
lite de femme. Ils attaquent chacun, dechirent leurs 
concitoyens : par leur genie ils entrent. comme une 
tleche empoisonnee dans les plaies, defigurent un 
homme plus profondement que la petite verole, lui 
pretent des vices et des passions inexcusables et l'en 
accablent ajalnais. Qu'une de leurs victimes se de- 
fende et blesse legerement leur amour-propre, ces 
sareastiques sentent Pecorchure plus vivement que 
d'autres les moxas. Ils ne permettent pas qu'on se 
serve dela plus innocente de leurs armes. La person- 
nalite de Pauson, qui reparait a trois reprises dans 
divers drames, charge du triple crime de meurt- 
de-faim, de miserable, dinfame, fait croire a quel- 
que vengeance contre un peintre qui avait peut- 
elre peint Aristopliane sous un aspect ridicum 
Ce fait se representera le meme dans un des cha- 
pitres suivants, entre d'autres artistes et d'autres 
poetes, dont un Latin disait, si justement que le mot 
est reste : genus irritabile. 
Cependant, comme les inductions ne valent pas 
le plus mince fait rapporte par un ancien, Plu-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.