Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de la caricature antique
Person:
Champfleury
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1413602
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1414619
58 
HISTOIRE 
une üpoque adonnüc au culte du Veau cPor?La cari- 
calure. 
Qui, par une indication brizvc et cruelle, indique 
les chätiments räservbs aux opprcsseurs d'une na- 
tion? La caricature.  
Aristote n'a pas compris ce role de la carica- 
ture; d'autres Pont compris. Aussi ont-ils invente 
contre elle toutes sortes de chaines et de laäillons. 
Rien n'y fait. La caricature ne meurt pas. On la 
proscrit dans un pays, elle se transporte ddIlS le pays 
voisin, et les chaines dont on la charge, le bziillon 
qulon lui impose la rendent. encore plus äpre et plus 
significative. 
Il y a des regnes qui resteront meprises par le 
burin d'un artiste inconnu, car ce ne sont pas 
les portraits de peintres officiels que l'avenir con- 
sulte.  
Un honnele homme, au coeur pur, a Pame droite, 
a la conscience vibrante, ne se doute gucrc de la 
porlec de son crayon; mais sa main agile, qui en- 
fante rapidement des (Jeuvres en apparence ephe- 
meres, exprime a jamais les coiiwres, les railleries 
et la vengeance d'un peuple plein de haine pou? 
son souverain. 
Voilil ce qrfAristole näa pas "Vu. 
Un grand naturaliste comprenait mieux la satire, 
Cuvier, qui a sbublinil. souvent (levant les cari; 
calures publiquement exposees, et considerait ces
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.