Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de la caricature antique
Person:
Champfleury
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1413602
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1414598
56 
HISTOIRE 
Par Aristote, une des expressions les plus elevees 
de la civilisation grecque, je juge des sentiments des 
intelligences de son temps dont il est Padmirable 
lrucheman; mais sa grave personnalite Pempeclle 
de goüter le comique. 
Aristote revient encore une fois sur le peintre 
burlesque Pauson, dans sa Politique (liv. V, ehap. v), 
au paragraphe ou il traite de la musique. Ces grands 
esprits, Platon, Soerate, ne dedaignaienl pas de 
meler les arts aux questions serieuses. 
a Les faits eux-memes demontrent combien la 
musique peutehanger les dispositions de l'aime, et, 
lorsqu'en face de simples imitations on se laisse 
prendre a la joie, 11 la douleur, on est bien pres 
de ressentir les meules affections en face de la 
realite... 
a Quelque importance quion attache, du reste, a 
ces sensations dela vue, on ne conseillera jamais a 
la jeunesse de contempler les ouvrages de Pauson, 
tandis qu'on pourra lui recommander ceux de Po- 
lygnole ou de tout autre peintre aussi moral que 
lui. n 
Quelle etait la nature du talent de Pauson dont 
Aristote fait si peu de cas? J'essayerai de le deman- 
lrer dans le chapitre suivzfht; mais on s'explique 
la reprobalionjctec par l'auteur de la Politique sur 
un artiste qui, peignant les hommes pires qu'ils ne 
sont, ciest-a-dire nc reculant pas devant Pexageru-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.