Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de la caricature antique
Person:
Champfleury
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1413602
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1414365
DE LA CARICATURE ANTIQUE. 15 
triviales et des gestes grossiers  m5 ZPÜUÜIL 90911151 
äpyy-qcac), GlC. , 
Grace a ces fragments on suit la trace du co- 
mique dramatique chez les anciens : repetitions 
des memes paroles, sobriquets, tromperies, tra- 
vestissements, imitations de la nature triviale qui 
furent, sont restes et. resteront toujours les bases 
 du comique. 
Si on en excepte Aristote dans Pantiquite, Jean- 
Paul Richter dans le moderne, en Angleterre un 
Fielding qui se plait a expliquer les rouages secrets 
de ses drames et de ses earacteres, vaine science 
que les rheteurs croient tirer du comique. 
Un pitre de place publique, un charlatan dans 
sa voiture, un faiseur de parade sur des treteaux, 
un bouffon de petit theztitre, un caricaturiste igno- 
rant, siils niapprennent pas au publie pourquoi il 
rit, arrivent plus vite a un meilleur resultat. Un 
geste, une grimace, un trait de crayon suffisent. 
Il existe au musee de Naples une fresque repre- 
sentant les jeux des enfants. 
Trois petits Amours sont entres dans un appar- 
tement et figurent lienfance curieuse, cherchant 
dans les coins des maisons quelque objet de forme 
nouvelle pour le faire servir a un jeu. 
Une porte est ouverte; 11n enfant arrive de la 
chambre voisine, tenant a la main un masque 
comique derriere lequel il. cache sa mine eveillee.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.