Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de la caricature antique
Person:
Champfleury
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1413602
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1414342
DE 
LA 
CARICATURE 
ANTIQUE. 
H 
skätrangle; il y an ha qui retirent au son des char- 
retes mal oinles, les autres aus calhous qu'on remue 
dans un seau, les autres 5.1 une potäe de chous qui 
bout. 1)  
Avec les philosophes, on pourraibmettre en cause 
les medecins du dix-seplieme siücle qui ont emaio 
le rire d'une fagon a tenier un Moliere 1. 
"0 Pamusant, portrait a peindre, mais ce n'est 
pas le lieu, que celui d'un estheticien interrogeant 
son eleve sur la faeon dont il rit! 
Il ne manquerait pas d'abord d'appeler a son aide 
Vives : a Et ego ml primam et alternmn buccam, quam 
sumo u longa inedia, non possum risum continere: 
viclelicet contracte praacordia dilatmztunz ex cibo. n 
Lorsque le celebre Vives n'avait pas mange depuis 
longtemps, la premiere bouchee le faisait rire, son 
diaphragme se dilatanl sous l'impression des ali- 
ments. 
Egalement le-professour invoquerait Xeelui a qui 
on chatouille les hypoconflres ou la plante des 
pieds,et il ferait remarquer la difference qui existe 
ent_re le rire de l'homme chatouille et le sourire 
d'une iolie femme. 
Gravement il demontrerait que le rire est quel- 
quefois un signe Jinintelligence, diverses personnes 
riant pour avoir l'air de comprendre un langage 
1 Physiologia crepilus venlris et risus, c-mn rilu depositionis salm- 
Iasticz, par läodolphus Goclenius. Francfort, 1607, in-12.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.