Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de la caricature antique
Person:
Champfleury
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1413602
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1417122
DE 
LA 
CARICATURE 
ANTIQUE. 
289 
meme? Qutimporte la forme, puisque le meme objet 
est le corps dlun dieu? Et quelle difference y a-t-il 
entre l'arbre de la croix et la Pallas athenienne, ou 
la Ceres de Phares, qui ne sont autre chose qu'une 
perche grossiere etun bois informe qui stelevent sans 
effigie? Toute branche qu'on plante verticalement 
est une portion de la croix. Serions-nous par hasard 
reprehensibles (Yadorer le Dieu tout entier? N'avons- 
nous pas dit d'ailleurs que les ouvriers ebauchent 
vos divinites sur une croix? Vous adorez les victoires 
dont les trophees renferment des croix qui en for- 
ment llinterieur, etc. v 
Llidee regue chez les paiens etait que les juifs, et 
(Yapres eux les chretiens, adoraient une tete d'äne. 
Contre cette autre accusation, Octavius defend 
ainsi les chretiens : 
a Toute l'occupation des demons est de repandre 
de faux bruits... De la vient cette fable que la tete 
d'un une est pour nous une chose sacree. Qui serait 
assez insense pour avoir une pareille divinite, et 
assez simple pour stimaginer qu'on püt Padorer, a 
moins que ce ne soit vous, qui avez consaere dans 
les etables tous les anes avec votre deesse Epona... 
vous qui adorez des tetes de boeufs et des tätes de 
moutons. n 
Tertullien revient sur cette tete düine : 
a Quelques-uns dientre vous ont reve que nous 
adorons une tete d'une. Voici ce qui a fait soupgon- 
t1?
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.