Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de la caricature antique
Person:
Champfleury
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1413602
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1416749
DE 
LA 
CARICATURE 
ANTIQUE. 
2251 
laquer la vertu. Le marbre de tout grand homme 
ne nous apparait qu'avec des traces de coups de 
pierres. 
Socrale, surnomme de son temps l'homme le plus 
sage de la Gräce, devait etrc condamne ä boire la 
cigue. 
Ce sont de dangereux ennemis que les sophistcs. 
Cantonnes dans la citadelle du faux, ils savent de 
quelle puissance dispose le vrai. Aussi emploient- 
ils tous les moyens pour accabler leur dangereux 
adversaire. lls se retranchent derriere des divinites 
auxquelles ils ne croient pas, temoignent de vives 
lerveurs, jurent que leur ennemi a insulte les 
dieux et le font condamner ä mort. Cela s'est vu a 
plus d'une epoque. 
Meprlstllll ces ealomniateurs, Socrate ameuta 
cltautres adversaires moins dangereux, mais plus 
turbulents, les poütes et les eomecliens qui mettent 
en relief les ridicules. 
Il existait en (lreee, avant llarrivee des come- 
diens d'Atella, des representations obseenes dans 
lesquelles les effets comiques etaieilt obtenus par 
(les moyens grossiers. (loups de bäton, masques 
grimaeants, enormes phallus se detaeliant en rouge 
sur le vetement des acteurs, silflisaient pour mettre 
le peuple en belle humeur. 
Deux esprits eminents i: divers titres sfemurent 
de ces representations : Socrate et Aristfiphuruo,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.