Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de la caricature antique
Person:
Champfleury
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1413602
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1416505
DE 
LA 
CARICATURE 
ANTIQUE. 
227 
Avec Panofka jincline a croire qu'il slagit d'une 
parodie de rendez-vous, et non dlune satire des 
dieux. . 
a Les deux couronnes suspendues en haut de la 
composition, dit Perudit berlinois, nous paraissent 
seulement indiquer qu'il slagil ici d'une scene de 
comedic; elles remplacent les masques que llon voit, 
surdes peintures analogues, suspendus au meme 
endroit. n 
Sur le revers du vase sont peints deux hommes 
enveloppes de manteaux; le plus fige tient de la 
main gauche deux pommes et une bandelette; l'au- 
tre en face de lui porte une branche. 
Le peintre aura voulu donner les emblemes de 
l'amour, et la parodie amoureuse sur la face oppo- 
see du vase. Le grave et le grotesque se retrouvent, 
je l'ai dit dans le chapitre precedent, sur maints 
autres vases. 
Ces parodies se jouaient, suivant de L'Aulnaye, 
par les comediens elrusques a 30H16. BiGIllÜi aux 
pieces des Etrusques se joignirent. les pieces atella- 
nes que les Romains cmprunterent aux Osques. 
Dialogues d'une telle audace satirique que Cali- 
gula fit brüler, dit_ Suetone, un poete atellanique 
dont les vers paraissaient le critiquer. Domitien 
{zgalement condamna a mort le poäiü ÜelvidillS pour 
semblables allusions. 
Deux poütes romains, Novius etPomponius, furent
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.