Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de la caricature antique
Person:
Champfleury
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1413602
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1416165
DE 
LA 
CARICATURE 
ANTIQUE. 
1923 
fut en vain. Comme je määtais couche sur le dos, je 
trouvai mes bras et mes jambes attaches ä la terre 
(le Pun et de l'autre cote, et mes cheveux, qui 
etaient longs et epais, attaches de meme. Je trouvai 
aussi plusieurs ligatures tres-minces qui entou- 
raient mon corps, depuis mes aisselles jusqu? mes 
cuisses. 
a Je ne pouvais regarder que le ciel; le soleil 
coininencait a etre fort chaud, et sa grande clarte 
me fatiguait les yeux. Ientendis un bruit confus 
autour de moi; mais dans la posture ou jletais, je 
ne pouvais, je le repete, voir que le ciel. Bientot 
je sentis remuer quelque chose sur ma jambe gau- 
che, et ces objets avaneant doucement sur ma poi- 
trine, monter jusqula n1on menton. Dirigeant comme 
je le pus ma vue de ce cote, jlapereus une creature 
humaine, haute tout au plus de six pouces, tenant 
a la main un arc et une lleche, et portant un car- 
quois sur le dos. J'en vis en Ineme temps au moins 
quarante autres de la meme espece qui le suivaient. 
Dans ma surprise, je jetais de tels cris que tous ces 
petits etres se retirerent saisis de peur; et il y en 
eut meme quelques-uns, comme je l'ai appris en- 
suite, qui furent dangereusement blesses par les 
chutes qu'ils firent en se precipitant a terre. n 
Gulliver s'etant remue, a ces insectes humains 
prirent la fuite avant, dit-il, que je pusse les tou- 
cher, et pousseront des cris lites-aigus. Et aussilot
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.