Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de la caricature antique
Person:
Champfleury
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1413602
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1416042
DE 
LA 
CARICATURE 
ANTIQUE, 
181 
curieux, dans les jardins publics, sYzinerveillent 
devant des boules metalliques rondes, ou la teäfe 
säälargit pendant que la partie inferieure du corps, 
suivant Pondulation spherique, va se retrecissant. 
Ces images de nains, reflechies par des miroirs 
convexes, servaient probablement de jouets aux 
enfants. 
Les historiens et les poütes nous apprennent que 
les seenes des Pygmees etaient le plus habituelle- 
ment peintes sur les murs des tavernes et des ca- 
barets, comme en France sont ziccrocheäes dans les 
auberges les vulgaires imageries d'Epina1.IIorace 
(Sat, Il, m) parle de ces a combats peints en rouge 
ou au charbon n sur les murailles des auberges. 
Ces etres fantastiques etaient un objet de risee 
pour le peuple, et leur nom ltli-IIIÜIIIO n'est qu'une 
sorte de jeu de mots. HUTpff] veut dire a la fois 
coztdäe et pugilat. Les nains hauts d'une coudee sont 
representes sans cesse se battant, quelquefois meme 
entre eux. 
Sauf Strabon, qui, a differentes reprises, nie 
l'existence des Pygmgeg (a ce peuple, dit-il, n'a ja- 
mais ete vu par quelque homme digne de foi n  les. 
Vfwügeurs de Pantiquite rapportent nombre de fables 
il leur propos. 
Les nains s'emparent des oeufs de grues, el batis- 
sent leurs maisons avec des coquilles d'oeufs. 
Un poüte satirique, Palladas, qui sunspira Sou- 
H
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.