Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de la caricature antique
Person:
Champfleury
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1413602
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1415399
116 
STOIRE 
Germanique et de Parthiqzie, quoique la guerre contre 
les Partlies et les Germains ait tourne a sa honte. ll 
a l'audace de faire elever des statues dont le buste 
gemine montre d'un cote les traits d'Alexandre, de 
l'autre les siens. Il fait brüler sous ses yeux les 
livres du plus grand des philosophes, d'Aristote. 
Il opprime le peuple au profit de la soldatcsque. Il 
meurt assassine, il est vrai, et trouve un chatiment 
qui se fait trop attendre; mais n'eut-il pas etc chalie 
par le fer d'un citoyen, que la caricature Fepie dans 
ses gestes et son masque. Qui sait si le tils d'une 
de ses victimes n'a pas coule sa figure dans le moule 
d'on est sorti ce petit bronze! 
Caracalla se croit puissant parce qu'il a Parmee 
pour lui, et voici qu'un artiste sorti de ce peuple 
opprime legue sa honteuse memoireaux siecles a 
venir, pour que les siecles a venir en retrouvant 
cette figurine se disent : a Ceci fut l'image d'un e1n- 
pereur execre de son peuple. in 
Aristete ne reconnaissait pas la puissance de la 
caricature; mais c'est qu'alors la plume etait plus 
vengeresse que le crayon. Qu'on lise cette impi- 
toyable eloquence s'attaquant au cynique empereur 
Commode, qui faisait publier par la ville le cata- 
logue de ses debauches et de ses cruautes : 
a Pour l'ennemi de la patrie point de funerailles; 
pour le parricide point de tombeau; que le parricide 
soit traine; que l'ennemi de la patrie, le parricide,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.