Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de l'habitation humaine
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1217785
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1218967
O4 
H1sT0lRE 
DE 
L7HA13ITAT1oN. 
capuchon. ses jambes et ses bras eEtaient nus et ses pieds 
couverts de sandales de peau attacl1ees par des lanieres, son 
visage naturellement jaune et bruni encore par le soleil n7es 
kalt rien moins que beau. SouS ses s0urcils nojrs et rappros 
cl1es, sous un front bombkE et large, pergaien1 deux petits ycux 
bridcEs auX prunelles noires et qui ne regardaient jamais en 
face. Le nez 6pais, court, les pommettes saillantes et osseus 
ses, la boui:he lange qu7entourait une barbe rare et dlun noir 
mat, une peau cuivrcEe et huileuse, donnaient ä ce masque 
un aspect repoussant. ex Que voulezsv0us2 dir cet homme. 
A quelle tribu appartenezsvousP  A aucune, repondit 
Epergosz nous sommes etrangers a ces däserts et egares; 
nous te demandons l7l1ospitalite pour cette nuit.  Appros 
chez donc alors, quittez vos m0ntures. pp Epergos et Doxi 
s7empresserent d7obcsEir a cet ordre donnä dlun ton dur. 
sc Que portezsvous sur vos chevauxP continua l7homme. 
 Quelques vivres, rien de plus.  Rien du soleil levantP 
 Rien du so1eil levant.  vous en venez cependantP  
Oui.  Je le vois ä vos visages.  Tu connais donc les 
hommes de ces contreesP .sIl en est passe beaucoup par ici. 
ssVous onrsils fait du bien ou du malP  Du mal; ils ont 
pris des troupeaux. ssTu ne les aimes pas, alors.  N0n. 
 Voudraisstu te venger sur nousP  Non, vous n7cZtes 
que deux, nous sommes ici plus que vous, vous n7avez pas 
dlarmes, nous en avons; nous ne vous craignons pas. Si 
vous aviez avec vous quelque chose qui nous convInt, nous 
le prendrions.... Mais a quoi bon prendre vos viesP Cela ne 
nous rendrait pas les troupeaux voles par vos pareils.  
C7est parler droit, et peutsätre pourronssnous vous faire que1s 
que bien. Oh habitezsvous P gLä, I: dir llhomme en mons 
trank ces proeminences que de loin les deux compagn0ns 
prenaient pour des tertres. Ils s,approcherent et reconnurent 
que ces l1abitations cEtaient faites de peaux cousues ensems 
ble, souleväes ausdessus du sol par des assemblages inges
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.