Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de l'habitation humaine
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1217785
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1218678
HlsT0lRE 
DE 
L9H.u;1TAT10N. 
3J 
pas djriger leur intelligence vers ce mieux qu7ils entrcs 
V0ientP D: A cette questi0n, D0xi ne rcEp0ndit pas, dTautaDt 
que leur höre les faisait appeler pour prendre le repas du 
soir. 
La femme et la Alle de Fau etaient alors sorties de leuk 
chambre et etaient debout derriere le maitre accroupi sur 
des nattes, les bras appuyes sur des sortes de petits treteauX 
de bambous, artistement travai1les. Devant lui etait placcEe 
une large tabletre basse, couverte d7une natte Hne sur las 
quelle etaient disposcsEs des ecuelles, des Aacons d7une terre 
vernie et quantite de menus objets inconnus aux deux 
compagnons. Au milieu, un large vase contenait du riZ. 
fumant auquel etaient mEles des morceaux de poisson. Les 
serviteurs, sit6t que les etrangers furent introduits et se 
furent accroupis sur les nattes disposees pour eux, s7empress 
serent de remplir les ecuelles Ä l7aide de longues spatules. 
Le maitre, prenant deux petits bätons qu7il manoeuvrait 
adroitement, malgre son obesite, faisait passer rapidement 
le riz dans sa b0ucl1e. Epergos et Doxi eurem grancl7peinc 
ä employer le meine procede et durent s7aider de leurs 
doigts pour vider leur ecuelle. Puis on versa ä cl1acun des 
convives une boisson chaude dans des vases delicats. Pui:; 
on apporta des poissons cuits avec des herbes et des oiseaux 
r6tis. Mais les deux compagnons etaient rassasies. 
sc C7est maintenant, dir Epergos, qu7il convient de coms 
mencer la eure qui doit te rendre la same, ditsil ä Pan. 
Laisse tous ces mets ä tes serviteurs et caus0ns, s7il te plait. 
N0us avons admire ton habitati0n et tes jardins; mais 
quand on possede une clemeure pareille, on est peu dispose 
ä la quitter. Ne vasstu jamais deh0rsPs Le puissjeP rcsEs 
p0ndit Pan; ä peine Si jOai la force de faire quelques pas 
dans mon jardin.  Demain matin, an lever du soleil, fais 
vingt pas, tu en feras trente aprk:ssdemain en mangeant 
peu, quarante le jour suivant en ne mangeant pas davantage,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.