Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de l'habitation humaine
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1217785
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1221800
3I4 
HlsT0lRE 
DE 
L7HA81TAT1oN. 
conduit, nonsseulement tu 0beis aux ordres du prince, mais 
tu les provoques; c7est mal. L,jnquietude de Satan te dos 
minel  Allonsl mon b0n D0xi, ne te fäcl1e pas. Si je suis 
v0ue ä Satan, qui d7ailleurs ne m7a jamais fait lll10nneur de 
me manifester ses intentions, tu sais qu7il en est ainsi depuis 
longtemps; que pr6tendsstuP Toi tu es ne pour arrSter la 
machine terrestre, mo.i, pour l7aider dans sa marcl1e; ä quoi 
bon discuterP Au revoir; je m7en vais a BagdadI i; 
Plus tard, Epergos avait assiste a l7invasion des Nors 
mands sur le Sol des Francs; il avait revu de pries ces l10ms 
mes rudes, cauteleux, rapaces et avides, sans foi; il avait 
retrouv6 en eux ces Scandinaves doues d7une Energie puiss 
sante et tenace, et Ä D0xi, qui se lamentait al0rs sur Fing 
cendie des couvents, sur le pillage des villes, il rcEpondait Z 
te Mais, a1ni Doxi, de quoi donc te plainsstuP N7estsce pas 
un dcrnier Flor de ce Heuve de barbares suscite par la Pros 
vidence qui envahit le Sol cultivcE de nouveau par nousP Vos 
couvents ätaient trop riches. Noussavions trop profits des 
enseignements que voulait röpandre le grand empereur 
Karle sur l70ccident. Tu le blämais alors, cet empereur, de 
m7envoyer en Orient cl1ercher les debris des civilisations ans 
tiques et de l7ecole d7Alexandrie. Probablement avaisstu 
raison, puisque v0ilä des hommes primitifs qui viennent 
bouleverser notre ouvrage, avec la permission de Dieu, 
sans aucun d0ute. 0bserve comme ton entendement a par. 
fois.des lacunes, mon vieux camarade. Tu dis aujourd7hui 
que ces Normands sont vomis par l7enfer, parce qu7ils te 
chassent de ton couvent et dcs5truisent ce que nous avions pu 
faire, disaisstu, sur llinstigati0n de satanl D; 
Quand la discussion entre les deux compagnons prenait ce 
tout, Doxi ne manquait jamais d7accabler Epergos dlinjures 
et celuisci quittait la partie, sitHotant sur l70ngle de son pouce. 
Etablis deHnitivement sur le Sol des Francs,ces N ormands 
s7cEtaient montres dlautres hommes.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.