Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de l'habitation humaine
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1217785
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1221422
282 
HlsT0lRE 
DE 
L,HA1;1TAT1oN. 
du Renard, du Chacal, de la Perruche et du Corbeau., de la 
Fourmi et des Crapauds.  Qu7estsce cela2  C7est ainsi 
que n0us designons les tribus indigenes qui ont ete soumis 
ses et qui travaillent ä toutes les choses necessaires ä la vie. 
Ce sont elles qui cultivaient le mais jaune et le mais blanc 
qui servent de nourriture; elles nous montrerent autrefois le 
c:hemin de Paxil.  0c1 est PaxilP  C7est le pays fertile et 
marecageux arrose par les aHluents de l7Uzumaciata et du 
Tabasco, entre la mer et les montagnes.sss Er c7est par lä que 
les Nal1uas sont venus jusqu7iciTP  0ui, c7esr par lä; ils dess 
ce11dalent du Nord, de contrcsEes ou les tribus avaient grand 
froid et ou elles obtinrent le feu du dieu Tohil.  Er coms 
ment le 
dieu Tohi1 
accordastsil 
feu 
äUX 
tribus P 
condition qu7on lui sacrikierait des victimes l1umaines.  
Er vous faites toujours ces sacriHcesP  Toujours , c:ar c7est 
II cette condition que nous avons le feu et le principe de toute 
vie, le soleil pour öchauiTer la nature et nous eclairer. Ceux 
qui vivaient avant d7avoir invoque Tohil et avoir obtenu le 
feu ätaient dans les tenebres et dans les g1aces.  Bien, mais 
Doxi et moi avons, il n7y a guere longtemps, traverse des 
contrees tenöbreuses et glacees et nous sommes venus vers 
le Sud, tout comme vos tribus sont arrivcHes autrefois; nous 
n7avons sacrilie personne ä T0hil, et cependant le s0leil ne 
nous refuse ni sa chaleur ni sa lumiere.  Certes, mais le 
peuple n7entend point ainsi les choses, il lui faut un signe 
visible, et, de la divinite, il n7attend rien slil ne donne rien. 
D7ailleurs le soleil, par les temps les plus clairs, s7äteint 
parfois comme si T0hil menac;ait les hommes de leur retis 
rer la lumiere et la chaleur. Il faut donc l7implorer, puiss 
qu7ilmenace, et c7est luismSme qui a demande des victimes 
l1umaines avant notre entröe en Paxil.  En eststu certain, 
NimakP  Les signes sacrcHs le disent, et les signes jamais 
ne peuvent tromper les hommes, puisqu7ils sont traces pour 
leur apprendre la värit6. D7ailleurs, il est certain qu7aux
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.