Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de l'habitation humaine
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1217785
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1220811
H1ST0lRE 
Dis; 
cIts1xu31TAT1oN. 
227 
l7Egypte a vu commencer son däclin du jour ou sa terre a Este 
ouverte aux Grecs, s0us la vingtssixieme dynastie.  Quand 
je vous le disais l Heureusement que Doxi nous fait gräce des 
vingtscinq premieres.  Eh I Caustis : y astsil pour les Grecs 
occasion d7Stre fiers dlavoi r fonde la trentesdeuxieme dynastie 
en FJgypte, quand on linitpa1 CleopätreP  Que serait, en 
effet, devenue l7FJgypte, si 0ctave n7avait mis bon ordre a:1x 
extravagances de cette descendante des PtolemeesP reprit 
Caustis. Puis cela n7astsil pas encore Este l7occasi0n d7enris 
cl1ir n0s monumentsz mais ces depouilles egyptiennes, ä ton 
avis, Doxi, auraientselles sur Rome l7effet corrupteur que 
tu accordes aux oeuvres de la Grece, ce serait jouer de 
malheur Si les 0bjets d7art de ce peuple de sages ätaient aussi 
corrupteurs des moeurs que eeux d7un peuple de f0usl 
AllonsI Mummius, d0nnesmoi l7ordre de placer tout ton 
musee dans des chariots pour le jeter a la mer; car je sens, 
en ellet, que t0us ces bustes de marbre et de bronze, ces stas 
tues et ces bassrelieks, ces tableaux et ces meubles incrustcEs 
d7ivoire nous corrompent jusque dans la moelle des os.  
Tu railles, Caustis, suivant ton l1abitude; mais, je le des 
mande a notre höre, estsce en s7occupant de fac;onner des 
ouvrages d7art que Rome a conquis le m0ndeP Rome, a son 
origine, n7etait ni plus puissante ni plus grande qu7Athenes 
ä sa naissance. Rome ne songeait pas a travailler le marbre 
etä couler des statues de bronze; tout sonpeuple ne demeus 
rait pas des journees entieres ä critiquer ou 1ouer tel edilice 
dont on enlevait les ecl1afauds et les voiles. Rome nlapplaus 
dissait pas des l1istrions qui se m0quaient des dieux et des 
citoyens les plus respectables. Rome empl0yait ses bras a 
f0rger des armes et des socs de charrue:, elle n7etait pas ens 
C0mbrcsEe de poetes fainäants et de philosophes deraisonnant 
sur toutes choses. Ses orateurs n7entretenaient le peuple que 
des interSts de la Republique, et ne passaient pas leur temps  
ä discuter sur des sujets qu7il est interdit aux l1ommes de
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.