Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de l'habitation humaine
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1217785
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1220320
186 
H1sT0lRE 
DE 
L HABITATION. 
 
 
L VII 
merce et la singuliere aptitude de ses l1abitants pour tous 
les travaux de 17intelligence. 
Detruite par les Perses, elle se releva rapidement de ses 
ruines plus belle et plus brillante qu7elle n7etait auparavant. 
Autour de son acropole couverte de monuments sacres, la 
ville s7etendait au loin avec ses plaees et ses temples, ses 
edifices publics et ses maisons entremelees de verdure. 
Nulle cite n7etait plus active, et pour qui venait de llAsie 
ou de l7Egypte, il semblait, en parcourant Athenes, qu7on 
entrait dans une fourmiliere. Possedant, au moment de sa 
plus grande puissance, les trois ports de Munychie, de 
Phalere et du Piree, elle couvrait un territoire dont le pes 
rimetre etait de deux cents stades CI85 kilometresJ. Mais 
cletait autour de llacrop0le que les maisons etaient serrees 
et la population toujours en activite. Lä les chariots se 
croisaienr pleins de marchandises venant des ports ou les y 
conduisant. Le peuple, vivant sur les p1aces, dans les rues, 
etait affaire, menant grand bruit. Puls des boutiques, des 
ateliers, entraient et sortaient sans cesse des etrangers qui 
venaient acheter et vendre; des esclaves portant des messas 
.ges ou des objets. Les femmes circulaient dans les rues 
comme les hommes, se rendanr aux marches, aux jeux, aux 
.confreries. Des l7aube, de grosses troupes de paysans aps 
portaient des legumes, des fruits, des volailles, et criaient 
leurs denrees par les rues. Les maisons elegantes occupaient 
la seconde Zone; elles possedaient la plupart un jardin et 
parfois des dependances importantes. 0n voyait autour 
d7e1les des clients, des parasites qui attendaient l7heure du 
maitre et qui, pour passer le temps, s7entretenaient des 
nouvelles du. jour, repetant les propos vrais ou faux qui 
couraient la ville, faisaient causer les esclaves, raillaient 
entre eux les etrangers qui passaient ou les interpellaient 
pour se donner le plaisir de critiquer leur accent, leur des 
marche, leurs habits.   .
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.