Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Histoire de l'habitation humaine
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1217785
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1220177
HIST0lRE 
DE 
1JHAgITAT10N. 
171 
tötet ä ces cl1oses d7art; je vais faire venir Eudexion, qui res 
pondra ä toutes vos questions mieux que je ne saUk8Is le 
faire; quand v0us serez las de l7interroger, v0us viendrez vis 
siter les jardins. is sur ce pr0pos, il sit signe ä un esclaVe et 
lui dir d7aller querir aussit6t l7architecte; puis, ayant adresse 
un geste amical aux deux compagnons, il se dirigea vers les 
jardins. 
Reste seu1 avec Doxi, Epergos lui dir : ei Te souViensstu 
de l7habitation du vieux VämadSva1 que nous visitT1mes il 
y a dejä un grand nombre de sieclesP  Pourquoi cette 
questionP  Parce que je trouve ici une certaine relation 
avec ces maisons des vieux Aryas.  Ressemblance fortuite. 
 Non pas; il n7y a rien de fortuit dans ce monde : tout d6s 
rive de quelque chose. La maison du vieux VämadSva avait, 
comme cellesci, une grande salle antcsErieure, sa cour avec 
abri ä l7entour, son lieu reserve pour l7autel des dieux et les 
choses precieuses, ses cl1ambres autour du portique.  
Partout nous avons vu des salles et des portiques., partout 
des chambres pour dormir.  Certesl mais ce que nous 
avons vu en Egypte, en Assyrie, ne ressemb1e en ricn .ä ce 
que nous voyons ici. Ces cl1arpentes, ces p0teaux de b0is, la 
disposition de ces solives, de ces portes diminuees ä la pars 
tie superieure, jusqu7ä la distribution generale des locaux, 
rappelle, avec des moyens tressperfectionnes, la maison de 
Vämadäva, nullement les palais du nomarque d7Egypte et 
du roi assyrien.  Eh bienP  Eh bienl je conclurais de 
cette ressemblance et de ces dissemblance.s que les peuplas 
des ioniennes appartiennent ä un rameau des Aryas ayant 
conserve ä peu pres pures les traditions äryennes. 
 Si, comme tu le dis, il y a des races humaines posses 
dank chacune des aptitudes particulieres, comment ces peus 
p1ades si cEloignees du haut Indus auraientselles conserve 
Voy. le pla11, Hgure 18.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.