Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144885
SYNAGUGUE 
52-3 
naitre que leur fantaisie ou leur caprice ctait verse dans la connaissance 
des rapports des nombres. de la symetrie, comme les anciens la com- 
prenaient. 
Quand on a inaugure le systeme metrique (ce dont nous n'avons garde 
de nous plaindre), on n'a pas suppose un instant qu'on rendait indecliif- 
frable tout le systemc harmonique de l'ancienne architecture. Or, pour 
relever et comprendre les monuments grecs, c'est avec le pied grec ou 
le pied italique qu'il les faut mesurer; pour saisir les procedes des mai- 
tres du moyen age, c'est avec le pied de roi qu'il les faut etudier. La 
(livision de la toise par 6, du pied par '12, etait tres-favorahle aux coni- 
positions symetriques, le nombre 12 pouvant se diviser par moities, par 
quarts et par tiers, et le nombre 7 n'etant, pour lünil, dans aucun rap- 
port zippreciable avec ceux-ci. En effet, si nous etablissons des divisions 
sur une faqade, par exemple, qui donnent les chiffres 3, l, ü, 6, l'an-il 
exerce pourra etrc choque de ces divisions dont il (lecomposera les rap- 
ports. Mais si nous avons 3, 1, li, 7, l'observateur ne pourra etablir les 
rapports entre 3 et 7, entre li et 7, comme il le fait entre 3 et 6, li et 6. 
Ce chiffre 7, qui met le "trouble dans les diviseurs de 42 ou les carres de 
ces diviseurs, est donc un appoint necessaire pour eviter la monotonie 
fatigante des parties qui peuvent se deeomposer les unes par les autres. 
Aussi est-il interesszmt de voir, dans les edifiees conqus par des artistes 
habiles, comme ce chiffre de 7, 7 lignes, 7 pouces, 7 pieds, vient s'inter- 
poser entre les divisions ordinaires donnees par le pied et la toise,_l toise, 
3 pieds, l pied, 6, 3, 8, li pouces.  
Certes, il faut autre chose que ces formules pour faire de l'art et clever 
un edifice soumis a de belles proportions, a une bonne symetrie. Mais on 
reconnaitra, pour peu qu'on ait [Jratique l'architecture, qu'il n'est pas 
inutile d'avoir par-devers soi certaines lois fixes qui, dans maintes cir- 
constances, vous epargnent des tatonnements et des incertitudes sans lin. 
(Juand il faut s'en rapporter a l'instinct, au goüt si l'on veut, sans aulrc 
point d'appui, on est souvent fort embarrasse. Admettant que le senti- 
ment soit assez sur pour vous faire eviter des erreurs, il est toujours bon 
de pouvoir donner la raison de ce que le sentiment indique. Ces moyens, 
ces procedes de symetrie adoptes par les anciens et par les artistes du 
moyen age ont un autre avantage, c'est qu'ils permettent de prendre un 
parti franc, de donner une figure immediate a la conception; et c'est 
a ces procedes que les bons monuments eleves pendant le moyen age 
doivent leur physionomie marquce, leur franchise de parti, qualites si 
rares dans l'architecture depuis le XVIe sieele, et surtout de nos jours, 
oil le vague, l'incertitude, apparaissent sur nos ediliees, et se dissimulent 
si mal sous un amas d'ornements et de details sans rapports avec l'en- 
semble. 
SYNAGOGUE, s. f. Lieu consacre aux eerernonies reiigieuses des juifs. 
Il existait de nombreuses synagogues en France pendant les premiers
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.