Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144797
5:13 
SYMETRIE 
parfait, pour nous humains, et constituent un tout auquel on ne saurait 
rien changer. 
Les iGrecs accordaient la qualite de symetrie par excellence au corps 
de l'homme, non parce que ses deux moities longitudinales sont sem- 
blables, mais parce que les diverses parties qui les constituent sont dans 
des rapports de dimensions excellents, en raison de leurs fonctions et de 
leur position. D'ailleurs, n'est-il pas evident que cette similitude des deux 
moities longitudinales du corps humain n'est jamais une apparence, et 
ne peut constituer la qualite syrnetrique pour le Grec, puisque le moindre 
mouvement detruit cette similitude et qu'elle n'existe point de profil, 
(l'est Feurhjftlnnie, cest-a-dire une heureuse combinaison de temps dilfe- 
rents, et un rapport judicieux de dimensions qui constituent la symätrie, 
et non le parallelisme de deux moities, parallelisme qui ne se produit 
jamais aux yeux, et qui, par consequent, ne serait qu'une qualite de 
constitution qui ne peut toucher l'artiste. 
Il est donc certain que les Grecs n'ont point considere ce qu'aujour- 
d'hui nous entendons par symetrie comme un element essentiel de l'art 
en architecture, et que s'ils ont admis la similitude des parties ou le 
pendant, pour nous servir d'une expression vulgaire, ils n'ont pas eleve 
cette condition a la hauteur d'une loi fondamentale. La constitution 
meme de l'homme le porte, par instinct, a doubler les conceptions, a cher- 
cher la ponderation a l'aide du parallelisme, mais cette operation meca- 
nique, ou l'intelligence n'entre pour rien, n'a aucun rapport avec l'art. 
 le Grec, (fetait trouver une alternance de 
_vides et de pleins qui fussent pour l'o:il ce qu'est pour l'oreille, par 
exemple, une alternance de deux breves et une longue; le soumettre a 
u1ie__lpi symetrique, detait faire qu'il y eüt entre le diametre d'une 
colonne, sa hauteur et Tentre-colonnement,les chapiteaux et les autres 
membres, des rapports de nombres qui fussent satisfaisants pour l'oeil, 
non pas au moyen d'un tatonnement, mais a l'aide d'une formule 1. 
Si l'on mesure le Parthenon a_l'aide du pied grec, ct non avec un 
metre, on reconnait qu'il existe entre toutes les mesures desrapports de 
nombres qui ne sauraient etre le produit du hasard; que l'idee d'har- 
monie domine Fidee de symetrie, suivant l'acception que nous donnons 
aujourd'hui a ce mot. En effet, les entre-colonnements ne sont pas 
1 A ce sujet, nous croyons devoir citer ici une note, en partie inedite, de M. Auräs, 
et que nous devons ft son extrüine obligeancenr... c: ll me puriiit incontestiililc que les 
temples de Pestinn, aussi bien que celui ne Metaponte etlmeineeeux d Agrigente, ont 
aie construits par des artistes qui employaient le pied ztalzque, divise en douze onces, ä 
l'exclusion complote du pied grec et desa division en seize dactyles. Et ce n'est 151 encore 
 que le nloindre (pis resultiits auxquels Je parviens, car le choztc des nombres et l'emploi, 
d'un module pris sur le diametre moyen des colonnes sont, d'un bout 51 l'autre, singu- 
liereinent remarquables ä Pestuin.    
D voici, en particulier, un detail relatif aux chapiteaux du grzincl temple. Si on les 
considäl-c comme divises. dans le sens horizontal, en deux parties distinctes, lgigie, supä- 
VIII. 
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.