Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144641
[ STYLE ]  A98   
Le moyen age fut en progres sur Fantiquite par certains cotes; c'est 
par ces cotes qu'il faut lui ressembler. Il mit Yidee par-dessus toute doc- 
trine ou tradition; il poursuivit l'idee avec fanatisme, aveuglement sou- 
vent. Mais poursuivre une idee meme folle, meme impossible a realiser, 
ce n'est point tourner le dos au progres. Les alchimistes, qui cherchaient 
la pierre philosophale, ouvrirent la voie a la chimie. Les nobles et vilains 
qui se precipitaient en Orient a la suite de Pierre l'Ermite tirent faire 
un pas immense a la civilisation, et aux arts notamment. La chevalerie 
elle-merne, si fort raillee, jeta les semences de ce que nous avons con- 
serve de meilleur dans notre societe. Saint Franeois d'Assise etait un 
amant passionne de la nature, de la creation, passait des heures en con- 
templation devant une fleur ou un oiseau; il se regardait comme une 
partie d'un tout, et ne separait pas l'homme du reste de l'univers. L'an- 
tiquite ne nous montre rien de pareil : chez les Egyptiens et les Grecs, 
encore moins chez les Romains, n'y a-t-il d'alchimistes, de batailleurs 
se mettant en campagne a la suite d'une _idee, de chevaliers ou de saint 
Francois d'Assise. Uetroit egoisme de l'homme antique se peint dans 
les arts de l'Egypte, de la Grece. C'est parfait, c'est complet, c'est exact, 
c'est clair, mais c'est fini. Ces arts n'ont pas de par delä, et s'ils nous 
emeuvent, c'est parce que notre imagination d'hommes modernes nous 
reporte aux choses et aux evenements dont ces monuments ont ete les 
temoins. Il faut etre instruit pour jouir reellement de la Vue'd'un monu- 
ment antique, pour ressentir une emotion devant ces oeuvres qui ne pro- 
mettent rien au dela de ce qu'elles montrent; le plus pauvre monument 
du moyen age fait revcr, meme un ignorant. Qu'on ne s'y trompe pas, 
nous ne pretendons nullement etablir ici de comparaison en faveur de 
l'un ou de l'autre de ces arts; nous ne plaidons pas, nous cherchons a 
faire ressortir les qualites qui distinguent ces arts, et de quels elements 
les uns et les autres ont tire le style dont ils sont penetres. Le jour oü 
chacun sera convaincu que le style n'estque le parfum 11aturel,non cher- 
che, d'un principe, d'une idee suivie conformement a l'ordre logique des 
choses de ce monde; que le style se developpe avec la plante qui croit 
suivant certaines lois, et que ce n'est point une sorte d'epice que l'on tire 
d'un sac pour la repandre sur des oeuvres qui, par elles-memes, n'ont 
nulle saveur; ce jour-la nous pourrons etre assures que la posterite nous 
accordera le style. 
De tout ce qui precede il ressort que nous n'etablirons point les regles 
d'apres lesquelles les artistes du moyen age ont mis le style dans leurs 
ouvrages. Le style s'y trouve, parce quela forme donnee a l'architecture 
n'est que la consequence rigoureuse des principes de structure, lesquels 
procedent : l" des matieres a employer; 2" de la maniere de les mettre 
en ceuvre; 3" des programmes auxquels il faut satisfaire; la" d'une deduc- 
tion logique de l'ensemble aux details, assez semblable a celle qu'on 
observe dans l'ordre des choses creees, oü la partie est complote comme 
le tout, se compose comme lui. La plupart des articles du Dictionnaire
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.