Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144569
f STYLE ]  1190  
s'etait borne a etudier la forme sans trop se preoccuper du fond. On 
construisait mieux, on arrivait meme a construire d'apres des methodes 
nouvelles; mais le principe de structure ne se modifiait pas. L'ornemen- 
tation etait plus elegaxite, les profils delicatement traces, mais cette orne- 
mentation ne reposait sur aucune observation neuve, ces profils n'indi- 
quaient pas nettement leur destination. Les architectes romans epuraient 
leur gent, ils recherchaient le mieux, le delieat, ils raffinaient sur la 
forme, mais ils ne pouvaient trouver le style, qui est la marque de Yidee 
cramponnee a un principe generateur, en vue d'un resultat clairement 
defini. Ce principe generateur, c'est l'emploi de la matiere en raison de 
ses qualites, et en laissant apparaitre toujours le moyen, comme dans le 
corps humain on distingue la charpente du squelette, l'attache des mus- 
cles et le siege des organes....., la forme n'etant que la consequence de 
cet emploi. Le resultat....., c'est que l'ensemble du monument, aussi 
bien que chacune de ses parties, repond exactement, et sans concession 
aucune, a la destination. 
Aussi cet art de Yecole francaise qui se constitua vers la fin du x11" siecle, 
fut-il, au milieu de la civilisation ebauchee du moyen age, de la confu- 
sion des idees anciennes avec les hspirations nouvelles, comme une fan- 
fare de trompettes au milieu des bourdonnements d'une foule. Chacun se 
serra autour de ce noyau d'artistes et d'artisans qui avaient la puissance 
d'affirmer le genie longtemps comprime d'une nation. Noblesse, cierge, 
bourgeoisie, prodiguerent leurs tresors pour elever des eglises, des pa- 
lais, des chateaux, des hotels, des etablissements publics, des maisons, 
d'apres le nouveau principe adopte, et sempresserent de jeter bas leurs 
constructions anterieures. Et il ne parait pas qu'alors personne songeait 
a gener ces artistes dans les developpements de leurs principes. C'est 
qu'en effet on ne gene que les artistes qui n'en possedent pas. 
Un principe est une foi, et quand un principe s'appuie sur la raison, 
on n'a meme pas contre lui les armes dont on peut user contre la foi 
irraisonnee. Essayez donc de troubler la foi d'un geometre en la geo- 
metriel 
Le phenomene qui produisit notre architecture du moyen age, si for- 
tement empreinte de style, est d'autant plus remarquable, que, suivant 
l'ordre des choses, le style s'imprime vigoureusement dans les arts pri- 
mitifs, pour s'affaiblir successivement a mesure que ces arts perfec- 
tionnent Yexecution. Or, il semblerait que notre architecture laique du 
X116 siecle ne peut prescnter les caracteres d'un art primitif, puisque son 
point de depart est un art de decadence, l'art roman. Mais c'est la qu'il 
faut se garder de confondre la forme avec le principe. Si, du roman a ce 
qu'on appelle l'art gothique, il y a des transitions dans la forme, il n'y en 
a pas dans le principe de structure. 
inaugurant un principe de structure nouveau, le style en decoulait 
suivant une loi qui ne souffre pas d'exceptions. L'art, en cela, procede 
comme la nature elle-meme, le style chez elle etant le corollaire du
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.