Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144554
[s89 
STYLE 
occupait, a ce qui Yentourait, a l'ensemble dont elle etait une partie 
harmonique l 
Que l'on reconstruise le Parthenon sur la butteMontmartre, nous 
1e voulons  le Parthenon avec ses proportions, sa silhouette, 
sa grace fibre, moins l'Acropole, moins le ciel, l'horizon et la mer de 
FAtLique, moins la population athen1enne.....; mais enfin ce sera toujours 
le Parthenon. Ce sera le lion place dans un jardin d'acclimatation. Mais 
arracher au Parthenon son ordre dorique, et plaquer cette depouille le 
lgng d'un mur perce de fenetres, quel nom donner a cette fantaisie bar- 
bare? que devient alors le style du monument grec? Et, ce que nous 
disons pour le Parthenon, ne peut-on le dire egalement de tous ces em- 
prunts faits 51 peu pres au hasard? Croit-on que le style d'un edifice 
säämiette avec ses membres ? que chacun d'eux conserve une parcelle du 
style que l'ensemble possedait ? Non : en edifiant des monuments avec 
des bribes recueillies de tous cotes, en Grece, en Italie, dans des arts 
eloignes de notre temps et de notre civilisation, nous n'accumulons que 
des membres de cadavres; en arrachant ces membres au corps qui les 
possedait, nous leur otons la vie, et nous ne pouvons en recomposer 
une oeuvre vivante. 
Dans l'ordre cree qui nous entoure, et qui est mis, pour ainsi dire, a 
notre disposition, tout ce que l'homme touche, arrange, modifie, perd 
le style, a moins que lui-meme ne puisse manifester un style en intro- 
duisant un ordre sorti de son cerveau au milieu du desordre qu'il a 
produit. Quand l'homme fait un jardin, de ceux qu'on appelle anglais, 
il enleve a la nature son allure, son sens toujours logique, pour mettre 
a sa place sa fantaisie; le style disparait. Mais si, en tracant un jardin, 
l'homme fait intervenir son genie propre, s'il se sert des produits naturels 
comme de materiaux, et qu'il invente un ordre qui n'existe pas dans la 
nature, des avenues rectilignes, par exemple, des quinconces, des cas- 
cades symetricjues entremelees de formes architectoniques, il a fait perdre 
a la nature le style, mais il a pu y substituer (en s'appuyant sur des prin- 
cipes qu'il a etablis) celui que son genie sait parfois evoquor. A plus forte 
raison, si l'homme touche a Fcnuvre de l'homme, s'il veut en prendre 
des parties, comme on prend des materiaux a la carriere ou des arbres 
dans la foret, enleve-t-il a cette oeuvre le style. Pour que le style repa- 
raisse, il faut qu'un nouveau principe, comme un souffle, vienne animer 
ces materiaux. 
Les rnaitres du moyen age l'ont bien entendu ainsi. Ils avaient a leur 
disposition l'art roman, descendance de l'architecture de l'empire, epuree 
par un apport grec-byzantin. Cet art ne manquait ni de grandeur, ni 
meme doriginalite. Les Occidentaux avaient su en faire un produit 
presque indigene. Cependant, apres le grand essor qu'il avait pris des les 
premieres croisades, cet art, arrive bien vite a une certaine perfgctign 
relative, elait a bout de souffle. Il tournait dans un cercle peu etendu, 
parce qu'il ne reposait pas sur un principe neuf, entier, absolu, et qu'il 
vm.  62
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.