Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144542
STYLE 
1188 
sont irrevocablement attaches a une l'urine, qu'ils l'ont pour ainsi dire 
epousee, et que toutes les autres formes ne peuvent plus etre que dans 
des rapports illegitimes avec le beau, avec le style, ce sont la des idees 
(Yecoles qu'il est peut-etre bon de developper entre quatre murailles, 
mais qui s'effacent en presence de la nature. La nature ne se lixe ni ne 
s'arrete jamais, et la limite que certains esprits pretendent assigner au 
beau, au style, nous rappelle toujours  qu'on nous passe la comparai- 
son  ce point des cadrans de barometre au-dessns duquel beau face 
est inscrit, probablement parce que l'aiguille ne s'y arrete pas plus que 
sur les autres. Le ciel tempetueux, le vent dans les bois, sur la mer, les 
nuees dechirees par l'orage, les brumes, ont leur beaute et leur style 
tout comme l'azur profond d'une chaude jonrnee d'as. Au point ou nous 
devons nous placer, ne considerant que la question d'art, le beau, le 
style, ne resident pas dans une seule forme, mais dans l'harmonie de la 
forme en vue d'un objet, d'un resnltat. Si la forme indique nettement 
l'objet et fait comprendre a quelle lin cet objet est produit, cette forme 
est belle, et c'est pourquoi les creations de la nature sont toujours belles 
pour l'observateur. La juste application de la forme a l'objet et a son 
emploi ou sa fonction, l'harmonie qui preside toujours a cette applica- 
tion, nous saisissent d'admiration devant un chene comme devant le plus 
petit insecte si bien pourvu. Nous trouverons du style dans le mecanisme 
des ailes de l'oiseau de proie, comme nous en trouverons dans les cour- 
bures du corps du poisson, parce qu'il ressort clairement de ce meea- 
nisme et de ces courbes si bien iracees que l'un vole et l'autre nage. Il 
ne nous importe guere, apres cela, qu'on vienne nous dire que l'oiseau 
a des ailes pour voler, ou qu'il vole parce qu'il a des ailes. [l vole, et ses 
ailes sont une machine parfaite lui permettant de voler. La machine est 
l'expression exacte de la fonction qu'elle remplit; nousantres artistes, 
nous n'avons pas besoin d'aller plus loin. 
Si donc, par aventure, nous trouvons sur notre chemin des ceuvres 
d'architecture qui remplissent ces conditions d'harmonie entre la forme, 
les moyens et l'objet, nous disons : a Ces oeuvres ont du style n, et nous 
sommes autorises a parler ainsi. Que serait donc le style, s'il n'etait pas 
comme une emanation sensible de ces qualites? Residerait-il, par hasard, 
dans une certaine forme admise, quel que füt l'objet, ou les moyens, ou 
le but? Serait-il l'aime de cette forme, ne la quittant plus ? Comment! un 
etre organise, un animal vivant dont vous changez les habitudes, le mi- 
lieu, perd cette qualite harmonique du style! L'oiseau de proie que vous 
enfermez dans une cage n'est plus qu'un etre gauche, triste et difforme, 
bien qu'il porte avec lui son instinct, ses appetits et ses qualites; et la 
colonne d'un monument, qui n'est par elle-meme qu'une forme brute, 
vous penseriez qu'en la deplaeant, qu'en la posant n'importe ou, en 
dehors des causes qui ont motive ses proportions, sa raison d'etre, elle 
conservera sdn style et le charme qui 1a faisait admirer la oi1 elle etait 
erigee? Mais ce charme, ce style, tenaient precisement a la place qu'elle
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.