Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144462
[ STYLE ]  A80  
pour developper sa conception; s'il ne l'est pas, son oeuvre n'est qu'un 
amas d'emprunts dont il est aise de reconnaitre l'origine : elle manque 
de style. 
Le style est, pour Fasuvre d'art, ce que le sang est pour le corps hu- 
main; il le developpe, le nourrit, lui donne la force, la sante, la dure-e; 
et comme on dit: le sang humain, bien que chaque individu ait des 
qualites physiques et morales diiferentes, on doit dire: le style, quand 
il s'agit de cette puissance qui donne un corps et la vie aux oauvres d'art, 
bien que chacune de ces oeuvres ait un caractere propre. 
Nous n'avons pas ici a apprecier jusqu'a quel point la peinture, la 
sculpture et la poesie sont des arts d'imitation inspires directement par 
des effets en dehors de nous et dont nous sommes les temoins. Il suffit 
de dire  ce que personne ne contestera, pensons-nous  que l'archi- 
tecture n'est point un art d'imitation; les effets exterieurs ne peuvent 
avoir sur son developpement qu'une influence secondaire. L'art de l'ar- 
chitecture est une creation humaine; mais telle est notre inferiorite, que, 
pour obtenir cette creation, nous sommes obliges de proceder comme 
la nature dans ses (BIIVPGS, en employant les memes elements, la meme 
metbode logique; en observant la meme soumission a certaines lois, les 
menues transitions. Le jour ou le premier homme a trace sur le sable 
un cercle a l'aide d'une baguette pivotant sur un axe, il n'a pas invente 
le cercle, il a trouve une figure eternellement existante. Toutes ses 
decouvertes en geometrie sont des observations, non des creations; car 
les angles opposes au sommet n'ont pas attendu que l'homme eüt con- 
state leur propriete pour etre egaux entre eux. 
L'architecture, cette creation humaine, n'est donc, de fait, qu'une ap- 
plieation de principes qui sont nes en dehors de nous et que nous nous 
approprions par l'observation. La force d'attraction terrestre existait, 
nous en avons deduit la statique. La geometrie tout entiere existait 
dans l'ordre universel, nous en avons observe les lois et nous les appli- 
quons. Il en est de mcme pour toutes les parties de cet art; les propor- 
tions, la deeoration meme, doivent decouler de ce grand ordre universel 
dont nous nous approprions les principes, autant que nos sens incom- 
plets nous le permettent. Ce n'etait donc pas sans raison que Vitruve 
disait que l'architecte devait posseder a peu pres toutes les connaissances 
de son temps, et qu'il placait en tete de ces connaissances la philosophie. 
Or, chez les anciens, la philosophie comprenait toutes les sciences d'obser- 
vation, dans l'ordre moral aussi bien que dans l'ordre physique. 
Si donc nous penetrons quelque peu dans la connaissance des grands 
principes de l'ordre universel, nous reconnaissons bien vite que toute 
creation se developpe suivant une marche logique, et que, pour etre, elle 
se soumeta des lois anterieures 51 Pidee creatrice. Si bien qu'on pourrait 
dire: a A l'origine, les nombres et la geometrie existaient. l) Les Egyp- 
tiens, et apres eux les Grecs, l'avaient bien compris ainsi; pour eux, les 
nombres et les ügures geometriques etaient sacres. Nous pensons que le
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.