Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144442
STYLE 
1173 
plusieurs articles du Dictionnaire les dilferences de style qui permet- 
tent de classer par epoques et par ccoles les oeuvres de l'architecture du 
moyen age.   
 Nous ne parlerons donc que du style qui appartient a l'art considere 
comme conception de l'esprit. De meme qu'il n'y a que l'art, il n'y a que 
le style. Qu'est-ce donc que le style? C'est, dans une (ouvre (l'art, la ma- 
nifestation d'un ideal ctabli sur un principe. 
Style peut s'entendre aussi comme mode; dest-a-dire zippropriation 
d'une forme de l'art a l'objet. Il y a donc le style absolu, dans l'art, et le 
style relatif. Le premier domine toute conception, et le second se modifie 
suivant la destination de l'objet. Le style qui convient a une eglise ne 
saurait convenir a une habitation privee : c'est le style relatif; mais une 
maison peut laisser voir l'empreinte d'une expression (l'art (tout comme 
un temple ou une caserne) independante de l'objet et appartenant a l'ar- 
tiste ou plutot au principe qu'il a pris pour generatcur : c'est le style. 
Dans les arts, et dans l'architecture en particulier, les delinitions 
vagues ont cause bien des erreurs, ont laisse germer bien des prejuges, 
enraeiner bien des idees fausses. On met un mot en avant, chacun y 
attache un sens dilferent. Des raisonnements qui ne peuvent jamais se 
croiser s'elevent sur ces bases mal assises, n'avancent pas les questions 
d'un degre, embarrassent les indecis et nourrissent les esprits paresseux  
Toute muvre sortie du cerveau humain, dans le domaine des lettres 
aussi bien que dans celui des arts, ne peut vivre que si elle possede ce 
qu'on appelle : le style. 
 Le style appartient a l'homme et est independant de l'objet. En poesie, 
par exemple, il y a la pensee ou l'impression, et la manier-e de l'expri- 
mer, dc la faire penetrer dans l'ame'de l'auditeur: c'est le style. Sur 
cent tcmoins oculaires d'un fait, un seul, en le racontant, produira sur 
son auditoire une impression profonde. Pourquoi? Parce qu'il a mis 
le style dans sa narration. Ce style lui appartient, et cependant, pour 
1 On pourrait citer comme exemple un de ces mots aimes des amateurs d'art et sur 
lequel on n'a jamais pu s'entendre, par une bonne raison, c'est qu'il n'a pas un sens 
delini. Il n'est pas de critique d'art qui, en parlant de la peinture, ne trouve 51 placer le 
             
et des ombres sur un tableau, pourquoi ne pas dire tout simplement le modale, mot qui 
exprime euergiquement les transitions de la lumicrc aux ombres. S'il s'agit, couuue 
quelques-uns semblent Pailmettre, du ton local, c'est-finira de l'harmonie ailogitläe par 
le peintre, sinon comme couleur, au moins comme repartition de la lumiere, pourquoi 
ne pas (lire : harmonie de lumierc, ou harmonie de couleurs, ce (1110 lOUI le monde com- 
prendrait? Ou prefere un mot vague, un non-sens, qui passe pour technique, mais 
qu'on se garde d'expliquer. Cela n'aurait pas de bien grands inconvänients, si ces non- 
sens ne jetaient pas souvent dans l'esprit des jeunes artistcs'un vague, une incertitude 
funestes. Nous avons connu des peintres qui cherchaient le Clair-Obscur, Un indefiniä- 
sable, un inappreciable, un nous ne savons quoi; ils y perdaient et leur temps et leur 
jugement.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.