Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144065
SOLIVE 
11110 
SOL, s. m. On indique parla locution bon sol, le terrain sur lequel on 
ncut ätablir la fondation d'un (idifice. (Voy. CONSTRUCTION, FONDATION.) 
SOLIVE, s. f. Piece de bois reposant sur les poutres maitresses dans 
les planchers du moyen age, supportant l'aire sur laquelle est pose le 
carrelage ou les planeheiages, et restant apparente ZILI-dOSSOlIS de cette 
aire (voy. PLAFOND). Etant apparentes, les solives, dans les planchers du 
moyen age, sont souvent moulurees, ornees de sculptures, ou pour le 
moins soigneusement equarries. L'usage etait de poser les solives tant 
plein que vide, äest-a-dire qu'on laissait exactement entre chaque 
solive la largeur (le l'une d'elles. Leur cquarrissage, suivant les portees, 
varie entre 0'222 (huit pouces) et 021611 (six pouces). Qu'elles soient 
embrcvees dans les poutres maitresses, posees simplement sur ces poutres 
ou sur des lambourcles, leur portee reste toujours franche, et les chan- 
freins, moulures et sculptures ne commencent qu'a une certaine distance 
de cette portee. Voici (lig. l) plusieurs exemples de solives. 
1 
L 
kr 
6a 
L'exemple 
Angers. Les 
A (X1118 siäcle) provient d'un plancher d'une 
deux arätes inffärieures sont abattues par un 
maison 51 
cavet peu
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.