Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1143970
 1131  L SIEGE 1 
Le 30 decembre, les Anglais revinrent en force 1 du cote de Beaugency, 
semparerent des restes de Feglise de Saint-Laurent (voy. en G) apres 
un combat tres-rvif, et s'y fortilierent. Pendant toute la duree du siege, la 
grande bastille de Saint-Laurent fut le quartier general de Parmee des 
aissiegeants. Le 6 janvier, ceux-ci avaient eleve la bastille Charlemagnc 
en H, dans File de ce nom, et le boulevard de Saint-Prive, en I, de ma- 
niere a commander le cours du fleuve en aval et a donner la main a la 
garnison du fort des Tournelles. Les Orleanais toutefois ne laissaient pas 
investir leur ville sans combats. Chaque jour etait signale par des sorties, 
des entreprises, soit pour combattre des partis anglais, soit pour disperser 
leurs travailleurs. 
Pendant les mois de fevrier, mars et avril, les Anglais etendirent leur 
investissement. lls eleverent successivement, sur la rive droite, les bas- 
tilles de la Croix-Boissie, en K; des Douze pierres, ou de Londres, L; 
du Pressoir des Ars, M; d'entre Saint-Ladre et Saint-Pouair, en N, sur 
la route de Paris. En amont de la Loire, sur la rive droite, a Pextremite 
de l'ile Saint-Loup, SL, et commandant la voie romaine cl'Autun a Paris, n, 
ils tirent un gros boulevard. Puis en 0, sur la rive gauche, en amont 
du fort des Tournelles, le 20 avril, ils acheverent une derniere bastille 
dite de Saint-Jean le Blanc. Ainsi, les Orleanais ne pouvaient qu'a 
grandpeine recevoir des secours par la campagne, entre la route d'Autun 
et celle de Paris, dans la direction P. 
Gräce a cet investissement encore incomplet 2, le 29 avril, J eanne Darc 
put entrer dans la ville avec un convoi de vivres et de munitions sorti 
de Blois. Ce convoi avait pris par la Sologne, et traversa la Loire en face 
du port de Chessy, situe en amont, a 2 kilometres environ (POrIeans. 
De la il poursuivit sa marche par Boigny et Fleury, et entra dans Orleans 
par la porte de Saint-flignan, R. Tout le monde sait comment, huit jours 
apres Yarrivee de la Pucelle, les Anglais furent obliges de lever le siege; 
leurs troupes, demoralisees, n'osaient sortir de leurs bastilles. Il ne 
s'agissait plus en effet pour eux de combattre des gens de guerre, mais 
un peuple tout entier, plein de fureur et se precipitant tete baissee sur 
les obstacles. Apres trois jours de combats, les Anglais sont obliges 
(YRbZXHÜOHHOF leurs bastilles de la rive gauche, ils perdent le boule- 
vard et le fort des Tournelles, et d'assiegeants deviennent assieges dans 
les ouvrages qu'ils avaient eleves sur la rive droite. Desormais le peuple 
entre dans la lice, et le role des armees feodales va samoinclrissant 
chaque jour. 
1 Leur armde, pendant la duräe du siogo, ätait de 10 51 11 000 hommes. Les forces des 
Orloanais, vers la fin de janvier 11129, dtaieilt a peu pros ügalcs. 
"l Il faut rcconnaitrc que les Anglais, qui n'eurent jamais plus de M 000 hommes 
ilcvant Orläans, ne pouvaient fermer complätement les abords. D'ailleurs, en präscncc 
(Vassiägäs qui chaque jour faisaient des sorties, ils otaicnt obligds de laisser beaucoup 
de monde dans les bastillos. Les quelques fossäs de contrevallation qu'ils avaient tentä 
de creuser avaient en; houlcvcrsds par les Orldanais.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.