Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1143910
1125 
SIEGE 
a prendre ceulx qu'on a peu finer et faire la guerre de gens acquis par 
ll dons et par prieres, au lieu de ceulx que leur devoir et leaulte y 
u semonnoit. Si est faicte 1a guerre par gens sans terre et sans maisons, 
u ou la greigneur part que necessite a contrains de vivre sur autruy; et 
a nostre besoing nous a convaincus a le souffrir"... Et quand les vaillans 
u entrepreneurs, dont mercy Dieu encores en a en ce royaulme de bien 
a esprouvez, mettent peine de tirer sur champs les nobles pour aucun 
u bienfaire, ilz delaient si longuement ä partir bien enuis, et s'avan- 
a cent si tost de retourner voulentiers, que a peine se puet riens bien 
u commencer; mais a plus grant peine entretenir ne parfaire. Encore 
u y a pis que cette negligence. Car avec la petite voulente de plusieurs 
a se treuve souvent un si grand arrogance, que ceulx qui ne scauroient 
a rien conduire par culx, ne vouldroicnt armes porter soubz autruy, 
r: et tiennent a deshonneur estre subgectz a celuy soubz qui leur 
u puet venir la renommee d'honneur que par eulx ilz ne vauldroyent 
u de acquerir... l) 
Ce triste tableau n'est point charge, mais ce n'est qu'un cote de 
l'histoire de ces temps de miseres. Derriere cette noblesse nonchalante, 
egoiste, et qui ne savait plus porter les armes que dans les tournois, 1e 
peuple des villes commencait a reprendre une preponderance marquee. 
ll ne lui manquait qu'un chef, qu'un drapeau autour duquel il püt se 
grouper. Jeanne Darcfut un instant comme 1e souflle incarne de ces 
populations a boul; de patience et pretendant reprendre en main leurs 
aifaires si tristement conduites par la feodalite. Autour dielle liidee de 
patrie, de nationalite sieleve, et fournit bientot un appui solide a la 
royaute. Le siegc d'0rleans de 1h28 marque le commencement de cette 
ere nouvelle, et ce fait militaire clot, pour ainsi dire, la succession des 
entreprises guerrieres de la feodalite.  
Ce fut le 12 octobre que Yarmee anglaise se presenta devant Orleans 
par la Sologne. Le sire de Gaucourt etait gouverneur de la ville. Quel- 
ques chevaliers s'y enfermerent a 1a premiere nouvelle du danger qui la 
menacait : detaient le seigneur de Villars, capitaine de Montargis; 
Mathias, Aragonais; les seigneurs de Guitry et de Coarraze, Xaintrailles 
et Poton son frere; Pierre de la Chapelle, de la Beauce, etc. Le batard 
d'Orleans, Dunois, arriva le 25 octobre : avec lui, le seigneur de Sainte- 
Severe, le seigneur de Breuil; messire Jacques de Ghabannes, senechal 
du Bourbonnais; le seigneur de (Jaumont-sur-Loire; un chevalier lom- 
bard, Theaulde de Valpergue; un capitaine gascon, Etienne de Vignole, 
dit la Hire. L'importance de la place eüt du appeler un bien plus grand 
nombre dc chevaliers, mais beaucoup preferaient rester äla cour du 
dauphin, refugie au chateau de Loches, et qui semblait attendre la Ce 
que le sort deciderait de sa couronne. 
Les habitants d'0rleans etaient determines a se defendrc. Les PPQCU- 
reurs de la ville proposerent aux bourgeois une taxe extraordinaire- 
beaucoup donnerent plus que leur taxe. Le chapitre de la cathedralr: 
vm.  5h
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.