Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1143727
ZlOG 
Phabilete des mineurs a eetttii epoque l. La galerie de contre-mine ne 
diminue en rien la force de la chemise, puisque cette galerie est mena- 
gee sous le talus. Au milieu de l'arc de la chemise, la galerie est en com- 
munication directe avec le chemin de ronde superictir par un escalier 
construit sur plan barlong 2. 
Les assiegeants tenaient avant tout, fjuand ils avaient zilfztire a une 
place importante, a s'emparer des  que les barba- 
canes prises, il devenait impossible aux assieges de tenter des sorties, 
et qu'alors les travaux du siege pouvaient se poursuivre sans avoir a 
CFiLiIHiFC leur destruction. Les pierrieres, mangonneaux, lrebuehels, 
n'a_vant guere qu'une portce de 150 metres, il fallait, pour etablir des 
batteries de ces engins, s'assurer d'abord que les assieges ne pourraient 
venir instautanemtant les briser ou les incendier. D'ailleurs les barba- 
canes, fermant des saillants considerables, donnaient par eonseqnent 
des llanquements qu'il "fallait tout (l'abord enlever aux zissieges. Quand 
les barbacanes etaient prises, quand les lices etaient oceupees ou enli- 
lees par des ouvrages exterieurs, l'investissement etait effectif et les ope- 
rations du siege etaient menees regulierement. Les assieges, a l'aide 
(Vengins dresses sur des plates-formes ou sur des tours, ou (lerriere les 
eourtines, ne pouvaient empocher la poursuite des travaux des assie- 
geants, qui se garantissaicnt par des cpaulements, des manlelets, et qui, 
tlerriere des clayonuages, postaient des zirehers et des arbaletriers occu- 
pes sans cesse a couvrir de projectiles les crenelages des chemins de 
ronde. Les premieres operations des assiegezmts, devant une place bien 
garnie et bien defendue, consistaient donc a s'emparer (l'abord des 
barbaczines. Ayant les barbacanes, on avait les lices; ayant les lices, la 
garnison ne pouvait plus sortir de la place, et alors commeueaient les 
travaux de mine pour faire broche, ou encore l'approche des beffrois 
destines a jeter une colonne (l'attaque sur les chemins de ronde 3. 
En 1216, Louis, fils de Philippe-Auguste, avait etc mettre le siege 
devant le chateau de Douvres, a la tete d'un nombreux corps d'armee.  
Devant le ehateau de Douvres etait une barbacane bien palissadee de 
troncs de ehene et entoure-e d'un fosse. Louis laissa une partie de ses 
troupes en bas, dans la ville, et alla setablii" sur la falaise devant la for- 
teresse, allu de completer l'investissement. a Lors fist Loovs dreeier ses 
a pierieres et ses mangouniziux pour jeter a la porte et au mur; si list 
a faire .i. castel de cloies moult haut, et un cat por mener au mur; ses 
a minceurs Iist entrer el fosse, qui minerent la piere et la tierre dessous 
u le roilleis. Puis les fist assaillir as chevaliers de l'est; si fu tantost 
a la barbacanc prise... 4 n Pour prendre la barbacane du ehateau de 
1 La construction du donjon de Coucy et de sa chemise date de 1225 environ. 
1 Voyez Cnnnm, fig. 16 ct 17.  
3 Voyez ARCHITECTURE MILITAIRE, Hg. 15 11h16; ENGIN, fig. 32. 
4 Hist. des ducs de Normandie, manuscrits de la Bibliolhbquc iInpäI-iale, publiäs par 
Franc. Michel (Socidlä de l'histoire de France), 18110.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.